Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Publié par Litteratus

 

l'entraînement thème du sport

Tout est une question d'entraînement ?

Repères : thème du sport : présentation

Une discipline de fer

Dans l’article précédent, nous avons vu la nécessité d’acquérir une hygiène de vie ; mais cette hygiène repose en réalité sur un apprentissage particulier qui va devenir au fil du temps un véritable entraînement. Dans l’extrait qui vous est proposé, une leçon est dispensée par un maître d’armes. Il ne s’agit pas d’un personnage ordinaire ; il s’agit de Hauteclaire Stassin, personnage énigmatique de la célèbre nouvelle le bonheur dans le crime. Découvrons la jeune fille en pleine séance d’entraînement. La salle est comble car le maître est impérial dans le maniement de l’arme. Il est difficile de la surpasser. La jeune femme allie une discipline de fer au talent...

***

"Mlle Hauteclaire Stassin annonça qu’elle continuerait les leçons de son père ; et, loin d’avoir moins d’élèves par le fait de cette mort, elle en eut davantage. Les hommes sont tous les mêmes. L’étrangeté leur déplaît, d’homme à homme, et les blesse ; mais si l’étrangeté porte des jupes, ils en raffolent. Une femme qui fait ce que fait un homme, le ferait-elle beaucoup moins bien, aura toujours sur l’homme, en France, un avantage marqué. Or, Mlle Hauteclaire Stassin, pour ce qu’elle faisait, le faisait beaucoup mieux. Elle était devenue beaucoup plus forte que son père. Comme démonstratrice, à la leçon, elle était incomparable, et comme beauté de jeu, splendide. Elle avait des coups irrésistibles, — de ces coups qui ne s’apprennent pas plus que le coup d’archet ou le démanché du violon et qu’on ne peut mettre, par enseignement, dans la main de personne. Je ferraillais un peu dans ce temps, comme tout ce monde dont j’étais entouré, et j’avoue qu’en ma qualité d’amateur, elle me charmait avec de certaines passes. Elle avait, entre autres, un dégagé de quarte en tierce qui ressemblait à de la magie. Ce n’était plus là une épée qui vous frappait, c’était une balle ! L’homme le plus rapide à la parade ne fouettait que le vent, même quand elle l’avait prévenu qu’elle allait dégager, et la botte lui arrivait, inévitable, au défaut de l’épaule et de la poitrine. On n’avait pas rencontré de fer ! J’ai vu des tireurs devenir fous de ce coup, qu’ils appelaient de l’escamotage, et ils en auraient avalé leur fleuret de fureur ! Si elle n’avait pas été femme, on lui aurait diablement cherché querelle pour ce coup-là. À un homme, il aurait rapporté vingt duels."


Le bonheur est dans le crime, extrait du recueil les diaboliques, Barbey d’Aurevilly

http://fr.wikisource.org/wiki/Les_Diaboliques/Le_bonheur_dans_le_crime

 

repères : la volonté (La Fontaine)

Commenter cet article