Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

Le spectacle d'une déchéance (Ronsard)

 Le spectacle d'une déchéance (Ronsard)

 

Repères : thème de la vieillesse : présentation

 

L'humanisme du XVIème siècle

Après avoir vu que la vieillesse succède à la jeunesse dans l’Ecclésiaste, il est temps de voir comment la vieillesse est traditionnellement présentée dans la littérature. Au XVIème siècle, la pensée humaniste en rupture avec la pensée du Moyen-âge ne nous cache plus rien des misères de l’homme, placé au centre des préoccupations esthétiques. Dans cet axe, la maladie, la vieillesse et la mort sont des problématiques incontournables.

 

Spectacle d'une déchéance

En digne représentant de cet esprit, Ronsard nous livre dans ses derniers vers tout l’abandon du corps à la vieillesse avec son lot de détails réalistes. L’auteur met le moribond au centre du spectacle de sa propre déchéance.

 

L’émotion est à son comble…

****

 

Je n'ai plus que les os, un Squelette je semble,

Décharné, dénervé, démusclé, dépulpé,

Que le trait de la mort sans pardon a frappé,

Je n'ose voir mes bras que de peur je ne tremble.

 

Apollon et son fils deux grands maitres ensemble,

Ne me sauraient guérir, leur métier m'a trompé,

Adieu plaisant soleil, mon œil est étoupé,

Mon corps s'en va descendre où tout se désassemble.

 

Quel ami me voyant en ce point dépouillé

Ne remporte au logis un œil triste et mouillé,

Me consolant au lit et me baisant la face,

 

En essuyant mes yeux par la mort endormis ?

Adieu chers compagnons, adieu mes chers amis,

Je m'en vais le premier vous préparer la place.

 

Derniers vers, Ronsard

http://fr.wikisource.org/wiki/%C2%AB_Je_n%27ai_plus_que_les_os,_un_Squelette_je_semble_%C2%BB

repères à suivre : présentation : la prise de conscience (Madame de Sévigné)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article