Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le sens de la fête : Le sens de la fête : la surprise d'un cadeau (Anatole France)

 

4564652442_422a5210bd.jpg

 

 

Noël ou l'art d'être blasé ?

Que serait une fête de nos jours sans cadeaux ? La chose semble tellement évidente que nous pouvons passer à côté de joies pures consistant à défaire tout doucement le papier cadeau, à se laisser surprendre par la forme et à deviner...

Prenons exemple sur Sylvestre Bonnard, éminent membre de l'Institut,  qui se voit remettre un étrange cadeau : une bûche de Noël* en bois qui comporte une surprise de taille...

***

« C’est un très gros paquet, mais pas très lourd. Je défais dans ma bibliothèque les faveurs et le papier qui l’entourent et je trouve... quoi ? une bûche, une maîtresse bûche, une vraie bûche de Noël, mais si légère que je la crois creuse. Je découvre en effet qu’elle est composée de deux morceaux qui sont joints par des crochets et s’ouvrent sur charnières. Je tourne les crochets et me voilà inondé de violettes. Il en coule sur ma table, sur mes genoux, sur mon tapis. Il s’en glisse dans mon gilet, dans mes manches. J’en suis tout parfumé.

Thérèse ! Thérèse ! apportez des vases pleins d’eau ! Voici des violettes qui nous viennent de je ne sais quel pays, ni de quelle main, mais ce doit être d’un pays parfumé et d’une main gracieuse. Vieille corneille, m’entendez-vous ?

J’ai mis les violettes sur ma table, qu’elles recouvrent tout entière de leur buisson parfumé. Il y a encore quelque chose dans la bûche, un livre, un manuscrit. C’est... je ne puis le croire et ne puis en douter... C’est la Légende dorée, c’est le manuscrit du clerc Alexandre. Voici la Purification de la Vierge et l’Enlèvement de Proserpine, voici la légende de saint Droctovée. Je contemple cette relique parfumée de violettes. Je tourne les feuillets entre lesquels des petites fleurs sombres se sont glissées, et je trouve, contre la légende de sainte Cécile, une carte portant ce nom : princesse Trépof. (...) »

Le Crime de Sylvestre Bonnard, Anatole France

Source : http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Crime_de_Sylvestre_Bonnard/La_B%C3%BBche_%28premi%C3%A8re_version%29

*bûche en bois, qui devait brûler lentement à Noël, censée favoriser une bonne année de récolte.

 

gazette-tetiere.jpg

  Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être aussi La justice humaine (IV) : la plaidoirie d'un avocat (Anatole France)

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lizagrèce 19/12/2010 21:36



Une bûche, un livre : c'est bien Noël ... des violettes ? ... C'est moins sûr ...



Litteratus 20/12/2010 12:51



Il est un temps même pour les Violettes ! disons-le avec des fleurs...



Pascal Girard 18/12/2010 23:43



C'est un cadeau original. @+ Lit



Litteratus 19/12/2010 12:53



Une bûche n'a plus de sens aujourd'hui puisque la cheminée n'est devenue qu'un objet de décoration...



flora 17/12/2010 10:31



Le secret des vrais cadeaux de Noël : la surprise et la bonne surprise!


Je vous en souhaite une hotte (ou une bûche) pleine, chère Litteratus! 



Litteratus 17/12/2010 11:43



Je suis sensible surtout en cette période à l'atmosphère de paix et de joie autour de moi. Je vous souhaite à mon tour de savourer de tels moments...