Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le premier point de vue de la narration. (Claudel)

Le premier point de vue de la narration. (Claudel)

 

 

(Repères : thème de l'illusion : l'étude)


Il a été précédemment mis en évidence un premier procédé stylistique visant à l'effacement des repères spatio-temporels. Un premier point de vue de narration mérite également toute notre attention.


Un narrateur omniscient ?

Le deuxième procédé stylistique a trait au point de vue choisi de la narration. Le récit à la troisième personne du singulier nous place dans une perspective toute extérieure avec néanmoins une omniscience affichée en ce qui concerne le personnage de l'action.

Le narrateur connaît en effet le cœur de Monsieur Linh, ses moments de solitude, de désespoir, tout autant que son courage et sa volonté de vivre pour sa petite fille.

« Le vieil homme pense à tout cela. Assis sur ce banc qui est devenu, en l'espace de deux jours seulement, un petit endroit familier, un morceau de bois auquel il se serait accroché au beau milieu d'un large torrent, tourbillonnant et bizarre. » (page 40)


Le récit s'articule de telle manière que le narrateur (qui lui-même épouse le crayon de l'écrivain) s'efface devant Monsieur Linh au point de former avec lui un personnage unique : tout passe par le regard de l'exilé dont on connaît les moindres pensées :

« Le vieil homme se dit que sa petite fille fait tout pour ne pas le contrarier. Elle n'a que quelques mois mais elle sait déjà tant de choses. Bientôt elle sera une fillette, puis une adolescente, puis une jeune fille. Le temps passe vite.  » (page 132)


Les difficultés de compréhension linguistiques entre l'homme et le reste du monde créent un décor propice à l'émergence d'un discours intérieur ;

« Peut-être d'ailleurs aime-t-il entendre cette voix parce que précisément il ne peut comprendre les mots qu'elle prononce, et qu'ainsi il est sûr qu'ils ne le blesseront pas (...) » (page 27)

La barrière linguistique est aussi un refuge pour l'exilé...


Il reste que Monsieur Linh est confronté à une froide réalité, celle de son pays d'accueil.


Repères à suivre : l'étude : le second point de vue de la narration

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article