Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le pont, lieu de fête (Daudet)

 

 

Le pont, lieu de fête (Daudet)

 

repères : thème du pont : présentation

Un pont dédié à la fête

Un pont est un bel ouvrage d'art, mais il a une fonction utile ainsi que nous l'avons vu au travers de nos derniers articles. Mais il en existe d'autres...

Il vous est proposé aujourd'hui de le considérer sous un tout autre aspect : festif.

Prenons un pont célèbre dans le répertoire des comptines enfantines. Vous avez trouvé : il s'agit du pont d'Avignon. Seul Daudet pouvait nous expliquer les tenants et aboutissants de cette liesse provençale.

***

"Qui n’a pas vu Avignon du temps des Papes, n’a rien vu. Pour la gaieté, la vie, l’animation, le train des fêtes, jamais une ville pareille. C’étaient, du matin au soir, des processions, des pèlerinages, les rues jonchées de fleurs, tapissées de hautes lices, des arrivages de cardinaux par le Rhône, bannières au vent, galères pavoisées, les soldats du Pape qui chantaient du latin sur les places, les crécelles des frères quêteurs ; puis, du haut en bas des maisons qui se pressaient en bourdonnant autour du grand palais papal comme des abeilles autour de leur ruche, c’était encore le tic tac des métiers à dentelles, le va-et-vient des navettes tissant l’or des chasubles, les petits marteaux des ciseleurs de burettes, les tables d’harmonie qu’on ajustait chez les luthiers, les cantiques des ourdisseuses ; par là-dessus le bruit des cloches, et toujours quelques tambourins qu’on entendait ronfler, là-bas, du côté du pont. Car chez nous, quand le peuple est content, il faut qu’il danse, il faut qu’il danse ; et comme en ce temps-là les rues de la ville étaient trop étroites pour la farandole, fifres et tambourins se postaient sur le pont d’Avignon, au vent frais du Rhône, et jour et nuit l’on y dansait, l’on y dansait… Ah ! l’heureux temps ! l’heureuse ville ! Des hallebardes qui ne coupaient pas ; des prisons d’État où l’on mettait le vin à rafraîchir. Jamais de disette ; jamais de guerre… Voilà comment les Papes du Comtat savaient gouverner leur peuple ; voilà pourquoi leur peuple les a tant regrettés !…"

 

La mule du pape, Lettres de mon moulin, Daudet

http://fr.wikisource.org/wiki/Lettres_de_mon_moulin/La_mule_du_pape

 

repères à suivre : présentation : pont, lieu de rendez-vous..

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Polymnie 06/11/2012 17:35


Votre texte m'a mise en joie. Qui mieux que Daudet pouvait décrire le pont d'Avignon et le côté festif du jour. Avec Daudet, Avignon est une ville extraordinaire, les gens y sont joyeux et on y
dance sur ce pont au son des fifres et des tambourins avec une bonne rasade de Châteauneuf du pape et toutes les odeurs de la Provence. La chanson enfantine trouve ici tout son sens. J'adore
l'histoire de la mule du pape, même si je ne veux pas sortir du thème. Merci pour cette très belle publication.


 

Litteratus 06/11/2012 20:41



On aime beaucoup Tistet Védène à la Gazette Littéraire tout comme vous ! Bien à vous http://www.gazettelitteraire.com/article-la-quete-des-sens-le-toucher-daudet-50721350.html