Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Publié par Litteratus

 

 

Le naufrage et le sentiment de désespoir (Marivaux/Tournier)

(Litteratus)

 

Le sentiment de déréliction

Repères : thème de l’île : l’étude

 

Résumé : il a été indiqué dans l’article précédent que la Gazette vous propose une étude comparative de deux œuvres que le thème de l’insularité rattache :

  •    L’île aux esclaves, comédie de Marivaux, jouée pour la première fois en 1725.
  •  Vendredi ou les limbes du Pacifiqueroman de Michel Tournier, publié en 1967.

La question qui se pose de part en part dans ces deux livres est celle de savoir ce qui fait de chacun d’entre nous un être humain Nous débutons aujourd’hui par les circonstances du naufrage d’un bateau sur une île éloignée de toute société et le sentiment d’abandon et de désespoir qui anime le(s) rescapé(s).

 

***

Deux complets naufrages

Les deux œuvres nous offrent les mêmes circonstances dramatiques, à savoir un complet naufrage qui a coûté la vie à un certain nombre de voyageurs. Le récit qui en est fait diffère chez nos deux auteurs.

 

Un cadre dressé en quelques mots chez Marivaux

Chez Marivaux, l’épisode est effleuré en quelques mots ; on sait ainsi qu’un vaisseau dans la mer démontée a vu s’échouer sur une île un homme, Iphicrate et son esclave, Arlequin. Dès le début de la pièce, ils se plaignent de leur abandon à une fin funeste et en viennent à envier la mort de leurs comparses :

« Nous sommes seuls échappés du naufrage ; tous nos camarades ont péri, et j’envie maintenant leur sort. » (Scène 1)

Mais ce sentiment de désespoir et d’abandon est de courte durée. Sur la plage, s’ils se découvrent les seuls survivants de l’expédition en mer, Iphicrate se force à envisager l’hypothèse de la survie des membres de la chaloupe à la mer qu’ils ont vu partir. Les deux hommes se redressent et partent à leur recherche d’autant que le maître croit se situer sur une île où il ne fait pas bon vivre pour des personnes de sa qualité : l’île des esclaves.

« Quand nos pères, irrités de la cruauté de leurs maîtres, quittèrent la Grèce et vinrent s’établir ici, dans le ressentiment des outrages qu’ils avaient reçus de leurs patrons, la première loi qu’ils y firent fut d’ôter la vie à tous les maîtres (…), et conséquemment de rendre la liberté à tous les esclaves. » (Scène II)

 

Une mise en scène détaillée chez Tournier

Chez Tournier, on assiste à l’épisode au cours duquel Robinson qui se trouve en compagnie du capitaine du vaisseau voit soudainement l’obscurité se répandre dans la cabine du vaisseau lequel est déjà perdu dans une mer en furie. Le héros reçoit en plein visage un souffle violent lui parvenir. Un sentiment de frayeur se fait alors jour en lui : « Tout son corps souffrait d’angoisse de sentir sous ses pieds la terrifiante immobilité qui avait succédé aux mouvements profonds du navire. » (Page 14)

Puis rapidement, le héros perd pied et retrouve sa conscience sur une île inconnue, angoissante à nouveau car il n’y détecte aucune présence humaine. Le rescapé blessé et épuisé se sent pleinement abandonné sur une île qu’il baptise, l’île de la désolation.

 

Robinson s’abandonnant à la « souille »

Ce sentiment de désespoir et d’abandon, de déréliction, restera très présent dans la première partie de la vie de Robinson sur son île. Il est en proie à des périodes de dépression, se laissant aller à devenir une bête :

« Pour la première fois depuis des mois, il eut une défaillance et céda à la tentation de la souille. Reprenant le sentier des pécaris* qui conduisait aux marécages de la côte orientale, il retrouva la mare boueuse où sa raison avait tant de fois déjà chaviré. Il ôta ses vêtements et se glissa dans la fange liquide. » (Page 49)

 

 *porcs sauvages

 

Nous verrons dans l’article suivant que le concept d’espace joue un rôle dans la perception de l’abandon supporté par nos héros.

 

Repères suivant : l’étude : l’île et le concept d’espace

Commenter cet article