Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le journal d'un écrivain, un recueil d'aphorismes spirituels

Le journal de Jules Renard comporte des caractéristiques que l'on peut lier à sa misogynie, son athéisme et son style inimitable.

 

Un simple recueil d'aphorismes ? journal Jules Renard

 

(repères : thème du journal : l'étude)

Dans l'article précédent, nous avons vu les principales caractéristiques de ce journal, nous nous interrogerons aujourd'hui sur le fond du journal.

Caractéristiques

Le sujet d'étude du journal reste donc Jules Renard par lui-même. Ce n'est pas un simple  recueil d'aphorismes.

Trois caractéristiques majeures peuvent être relevées à la lecture de cet ouvrage ; l'auteur se revendique :

  • misogyne 
  • athée
  • le style

Misogynie

En premier lieu, il n'est pas contestable que l'écrivain s'affiche comme un parfait misogyne. Les propos sur la bêtise des femmes émaillent le journal dès son commencement. On sent son agacement devant des comportements de la vie courante :

« Omnibus. L'indélicatesse des femmes qui trichent pour passer de force avant leur tour donne l'idée de ce qu'elles feront à la porte du paradis. » (8 décembre 1905)

Athéisme

Dans la même verve, l'homme célèbre se revendique comme un athée patenté qui porte un regard sévère sur l'intolérance religieuse :

« Les bigotes craignent la puissance de Dieu comme les influences de la lune. Pouah ! Les vilaines gens !

Elles haïssent celui qui ne va pas à la messe, mais pas jusqu'à refuser son argent. Les autres ont des bouches, au pis, des gueules : elles ont sous le nez des pots de chambre.

Elles font de Dieu un être grotesque à leur image. S'il ne détourne pas sa face, c'est que, vraiment, sa pitié est infinie.

De la dévotion fermentée. Leur âme pue le cierge qui coule, l'encens, une odeur de derrière jamais lavé ». (19 août 1903)

Style

L'esprit et le style inimitable de Jules Renard s'associent à l'envi pour former un tout incomparable. Ses aphorismes font montre d'une tendance à l'ironie :

« l'amitié vide plus que l'amour » (18 janvier 1898) ;

« La mort des autres nous aide à vivre. » (5 octobre 1892)

« Pas si fort ! Vous dîtes toujours la vérité en criant. » (16 novembre 1897)

« Pour être original, il suffit d'imiter les auteurs qui ne sont plus à la mode. » (21 mars 1899).

Cependant le journal ne saurait se réduire à un simple recueil d'aphorismes aussi spirituels soient-ils : on découvre en réalité un Jules Renard, plein de sensibilité...

Repères à suivre : Le journal d'un écrivain, entre révélations et émotion

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lyly 23/09/2010 09:21



Tu as vraiment choisi des passages de choix !


Voilà un regard bien pertinent avec de l'humour en prime, oui, sans nul doute


c'est cela le talent


Bises, Lyly



Litteratus 23/09/2010 15:58



Si tu savais le nombre de passage que j'ai mis de côté...dont je tire parti par ailleurs !



ASP 22/09/2010 14:38



"J'ai lesprit anticlérical et un coeur de moine" ... A la fois incisif et humoristique ... anticlérical et mysogine ... il avait tout pour plaire !!! Heureusement qu'il avait une belle plume et
qu'il s'en est servi pour écrire notamment ce journal qui est un chef d'oeuvre.



Litteratus 22/09/2010 15:31



Un être plein de paradoxes, ce qui en fait un auteur très attachant !



flora 22/09/2010 10:26



L'intimité d'un grand écrivain nous fascine...



Litteratus 22/09/2010 15:29



La fascination est bien le mot !



lizagrèce 21/09/2010 13:42



Je ne sais pas si la mysoginie de Jules Renard n'était pas plus feinte que réelle.


Et puis quand il s'en prend aux bigotes c'est à une certaine catégorie de femmes. Et à travers elles il vise surtout la religion.


De toutes façons je lui pardonne, c'est si drôle !



Litteratus 21/09/2010 15:25



Elle est bien crédible cependant...