Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

Le feu de la passion collective : la naissance d'un mythe (Goethe)

 


         

Le feu de la passion collective : la Gazette avait publié en 2009 un article dédié à la divinisation des idoles.

 

On assiste à l'émergence d'une certaine forme de divinisation de célébrités qui sont tellement adulées de leur vivant qu'elles deviennent des mythes à leur mort.

 

Le phénomène inverse peut également exister. Il est arrivé en effet que la fiction littéraire donne naissance à de véritables phénomènes de mode. C'est ainsi qu'un personnage particulier est devenu une idole pour toute une génération : Werther

 

Les souffrances du jeune Werther, roman épistolaire écrit par Goethe en 1774, retrace l'histoire de cet être romantique follement amoureux d'une jeune fille vertueuse, Charlotte. Cependant cette dernière est promise à un autre homme rendant la passion réelle entre les deux protagonistes impossible. Le mariage ayant eu lieu, Werther reviendra pourtant vivre dans l'intimité du jeune ménage, ce qui conduira à l'exacerbation de ses propres sentiments. Le jeune homme prendra enfin la vie totalement en dégoût au point d'en venir au suicide : «Donne, Charlotte ! Je prends d'une main ferme la coupe froide et terrible où je vais puiser l'ivresse de la mort ! Tu me la présentes, et je n'hésite pas. Ainsi donc sont accomplis tous les désirs de ma vie ! voilà donc où aboutissaient toutes mes espérances ! toutes ! toutes ! à venir frapper avec cet engourdissement à la porte d'airain de la vie ! » ( dernière partie, éditeur au lecteur, p 170, folio, 1982)

 

Le succès de l'œuvre sera immense dans toute l'Europe : les nombreux « fans » adopteront la mode vestimentaire des deux héros du livre. Des séances de relecture réuniront tous les passionnés unis dans la même ferveur autour du texte. Mais des produits "dérivés" verront aussi le jour avec l'eau de Werther, fragrance en vogue. Un opéra sera en outre réalisé par Massenet...

 

L'influence de Werther entraînera néanmoins la jeune génération dans une « épidémie de suicides » dénoncée par les opposants de Goethe. La jeunesse désenchantée prenant en exemple la « folie de Werther » commettant l'irréparable avec le précieux ouvrage dans les poches...

 

La passion collective pour une personnalité réelle ou fictive n'a jamais été un leurre...

 

sources Gallica, bibliothèque numérique :  "la fièvre de Werther"  : le mal du siècle, par Paul Charpentier, Paul-Louis-Henri, 1880

gazette-tetiere.jpg  Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être Roman épistolaire : la fin du narrateur ?

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article