Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

La vie "hors du blanc" (Léon Werth)

 

Le soulagement de la douleur

(repères : thème du corps : l'étude le bonheur d'être malade)

 

Il a été précisé dans l'article précédent que le narrateur avait connu le sentiment d'un éblouissement en éprouvant la douleur car il avait pleinement conscience que cette souffrance pouvait connaître un terme par l'administration de la morphine.

 

La morphine procure en effet au malade une chaleur diffuse, un apaisement parfait, un plaisir, un sentiment de flottement dans son lit. Il est transporté dans une autre dimension spatio-temporelle, sur un nuage.

 

La souffrance cesse enfin.

 

L'étrange pouvoir de la morphine

Il s'instaure avec la morphine une relation de dépendance et de plaisir. Car outre, le bienfait sur le corps, la morphine permet au malade de jouir de la visite de l'infirmière de nuit. Cette période nocturne est propice à l'établissement de liens forts entre le(s) soignante(s) et le malade.

 

Le silence de la nuit est propice à la confidence, l'émotion ou même au rire : "Quand la nuit est venue, c'est comme si au terme d'un voyage, j'avais été transporté dans une maison morte au centre d'un désert entouré de déserts, une maison comme en racontent les Mille et une Nuit, une maison toute blanche dans la nuit grise ou bleue, une maison dont les murs et les cloisons et les portes sont en blancs pétales, une maison visible dans un jardin obscur comme un drap sur un buisson. " (page 109)

 

Le malade commence à se rétablir ce qui a pour effet de voir la posologie de la morphine diminuer progressivement, mettant fin au sentiment de plénitude. L'addiction s'est installée, les effets ne sont plus les mêmes. Il trouve même la force de rire du comique de la situation pourtant terrible... la vie reprend ses droits et elle s'exerce hors de ce monde aseptisé, "hors du blanc" (page 173).

 

Mais quittons l'atmosphère confiné de la clinique pour respirer le grand air avec La Montagne magique de Thomas Mann : découvrons un autre climat pour un malade qui s'ignore...

 

Repères à suivre : thème du corps : l'étude  : synthèse

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article