Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

La lucidité du Père Goriot (Balzac)

Dans le Père Goriot de Balzac, la prise de conscience du père révèle l'exacte distance qui le lie avec ses filles. Ces dernières donneront raison à l'instant de lucidité du père en adoptant une conduite particulièrement abjecte...

 

père Goriot, Balzac, père, thème, fin, lucidité

 

Repères : thème du père : l'étude

Dans les articles précédents, nous avons indiqué la problématique qui nous occupe, à savoir la paternité une question de distance ?

Dans le Père Goriot de Balzac, nous avons mis en évidence l'entreprise de distanciation qui s'effectue par un double mécanisme :

la mise à distance du père au passé révolutionnaire compromettant,

le dépouillement du père par ses filles qui sont aux prises avec des difficultés financières,

Il nous reste à voir que le père finit par poser un regard de lucidité sur ses enfants. 

Aveuglement

La figure sublime paternelle transparaît tout au long du livre sans faiblir en dépit des bouleversements de l'histoire. Elle prend les traits de l'aveuglement d'un homme pour ses enfants. Il l'exprime d'ailleurs très clairement. Le père vit au travers de ses filles. Il abolit toutes formes de distances entre elles et lui :

« Ma vie, à moi, est dans mes deux filles. Si elles s'amusent, si elles sont heureuses, bravement mises, si elles marchent sur des tapis, qu'importe de quel drap je sois vêtu, et comment est l'endroit où je me couche ? Je n'ai point froid si elles ont chaud, je ne m'ennuie jamais si elles rient. Je n'ai de chagrin que les leurs (….) » (page 181)

Mais le chef-d'œuvre de Balzac connaît un tournant décisif dans la troisième partie.

Ses filles appelées à son chevet ne viendront pas pour des raisons passablement égoïstes. Le personnage principal en un éclair de temps révèle les sentiments qu'il cachait en lui.

Colère

Il conçoit de la colère à l'encontre de Anastasie et de Delphine dans le cadre d'une scène poignante :

« Ah mon ami, ne vous mariez pas, n'ayez pas d'enfants ! Vous leur donnez la vie, ils vous donnent la mort. Vous les faites entrer dans le monde, ils vous en chassent. Non elles ne viendront pas ! Je sais cela depuis dix ans. Je me le disais quelquefois, mais je n'osais pas y croire. » (page 341)

La lucidité touchante du père donne la mesure du chagrin qu'il a supporté durant des années. Par dépit, il en vient à les maudire avant de les absoudre et de quitter le monde. La prise de conscience du père révèle l'exacte distance qui le lie avec ses filles. Ces dernières donneront raison à l'instant de lucidité du père en adoptant une conduite particulièrement abjecte...

L'étude se poursuivra avec un ouvrage qui propose notamment l'exemple d'un père absent qui cherche à renouer les liens : les voyageurs de l'Impériale de Louis Aragon.

repère à suivre le retour d'un père 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Yves 21/09/2010 14:23



Vaut mieux tard que j'amais !
Jean-Yves



Litteratus 21/09/2010 15:27



Ta constance est phénoménale !



Pascal 21/06/2010 19:47



Pensée du jour : éduquer c'est savoir dire NON ! a+ Lit



Litteratus 21/06/2010 21:34



de l'art de la frustration...



ASP 21/06/2010 13:36



Je ne peux m'empêcher de transposer ... et je me demande si je serais capable d'avoir suffisamment de discernement et surtout de courage pour me rendre compte de la vénalité et de l'ingratitude
de mes filles. L'amour paternel / maternel rend aveugle ! La question est : jusqu'à quel point ???



Litteratus 21/06/2010 21:34



l'auteur a porté l'aveuglement à son paroxysme !



lizagrèce 21/06/2010 13:24



Tous les ingrédients du mélodrame dans ce livre là



Litteratus 21/06/2010 20:45



Un mélodrame qui n'a rien de doucereux !



lyly 21/06/2010 07:04



Il se voilait la face, espérant peut-être secrètement se tromper !


Cruelle vérité !


Merci pour cette approche de ce livre, ça restera dans ma mémoire


Bises, Lyly



Litteratus 21/06/2010 09:47



L'ingratitude est tellement abominable...