Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le dépouillement d'un père pour ses filles (Balzac)

L'éloignement du père Goriot n'empêche pourtant pas ses filles de rencontrer leur père pour apurer leurs dettes immenses. Il ne reste à ce dernier que sa lucidité comme seule richesse. La distance réduite dans l'intérêt exclusif de ses filles l'a détruit....

dépouillement, père, Goriot, Nalzac, pauvreté, dettes,

 

Repères : thème du père : l'étude

Le roman, Le père Goriot, de Balzac nous offre la possibilité de nous interroger sur la problématique suivante :  la paternité, une affaire de distance ?

Nus avons vu précédemment que cette distanciation résulte d'un mécanisme résultant du passé révolutionnaire peu avouableNous verrons aujourd'hui l'entreprise de dépouillement du père par ses filles.

Dettes

L'éloignement du père n'empêche pourtant pas les filles de rencontrer leur père en catimini. Un remord, un retour d'affection ?

Seulement des considérations matérielles...

Les deux filles mariées contractent régulièrement des dettes pour leurs toilettes ou pour leur agrément personnel.

Malheureuses en ménage, elles cherchent le bonheur dans les bras d'hommes pour lesquels elles doivent éponger des dettes. La passion qui les gouverne les conduit, ironie du sort, à songer à ce père dont la fortune permet encore d'arranger bien des situations compromettantes. Delphine de Nucingen exprime très clairement la dernière extrémité dans laquelle elle se trouve :

« Je voulais me tuer. Les idées les plus folles me passaient par la tête. Il y a des moments où j'enviais le sort d'une servante, de ma femme de chambre. Aller trouver mon père, folie ! Anastasie et moi nous l'avons égorgé : mon pauvre père se serait vendu s'il pouvait valoir six mille francs.» (page 199)

Ces dernières n'hésitent pas alors à rompre la distance en rencontrant leur père dans la sordide pension Vauquer où le Père Goriot a élu domicile.

Argent

Ce dernier qui se trouve réduit à quémander leur affection accepte sans conteste de donner l'argent nécessaire à ses deux ingrates filles.

Cependant l'apurement des dettes conduit le père à déménager par souci d'économie du premier étage à la sous-pente de la pension. Il accepte même progressivement de vendre ses biens mobiliers les plus précieux.

Peu à peu, la misère s'installe dans une indifférence générale, le livrant à la vénalité de sa logeuse. La maladie s'empare de l'homme abandonné de sa famille.

Seul Eugène de Rastignac, impuissant au spectacle familial désolant qui s'offre à sa vue, apporte du réconfort au mourant.

Il reste à ce dernier sa lucidité comme seule richesse. La distance réduite dans l'intérêt exclusif de ses filles l'a détruit....

repère à suivre :  la lucidité du Père Goriot 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Yves 21/09/2010 14:19



Je ne me souviens plus si je te l'avias demandé, (livre que je n'ai pas encore lu). qu'elle était la raison de l'éloignement du Père Goriot ?
Jean-Yves



Litteratus 21/09/2010 15:26



Tu verras à la lecture des articles suivants...



lyly 21/06/2010 07:00



Bonjour L


Aimer sans compter, en voilà un bel exemple !


C'est vraiment très émouvant !


Belle journée, bises, Lyly



Litteratus 21/06/2010 09:46



sans compter au sens propre et au sens figuré en l'espèce !



lizagrèce 20/06/2010 23:33



Une bien triste histoire !



Litteratus 21/06/2010 09:46



tellement pathétique...