Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

La partition d'une musique, la partition d'une vie.

Le thème de la musique dans la littérature est le prétexte à une analyse comparée de deux  types de sonorités, l'une musicale, l'autre issue des mots comme celles des rimes de Racine ou la prose de Céline.

 

thème musique, partition, vie, musicale, opus, rimes, prose, racine, céline

 

Musique et Littérature

Repères : thème de la musique : l'étude

Dans le cadre de cette étude, il vous est proposé d'effectuer un parallèle insolite entre la littérature et la musique.

S'il s'agit de deux arts distincts répondant à des exigences particulières, ils peuvent heureusement s'entrecroiser au détour d'un instant, lorsqu'on lit confortablement assis tout en écoutant une mélodie, ou à l'inverse, lorsqu'on lit une partition ou un livret d'opéra.

Cependant, ces deux disciplines ont de nombreux points de contact ; elles partagent notamment la même passion pour la sonorité.

Sonorité

On conçoit aisément qu'une succession de notes forme une œuvre musicale, il peut sembler moins évident que l'association de mots puisse faire de même. Et pourtant, le choix des mots entraîne des effets  sensibles dans l'esprit du lecteur. On parle même de résonance, terme emprunté au registre des sons !

Ce curieux phénomène rend même le style d'un auteur facilement reconnaissable. Il est ainsi loisible aux spécialistes de reconnaître une œuvre, tel un morceau de musique. Pensons aux allitérations truffant les plus grands textes classiques :

« Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ? »

(Andromaque, Acte V, scène 5, Racine)

ou pour revenir à une époque plus proche :

« Pour parler franc,  là entre nous,  je finis plus mal  que j'ai commencé... oh j'ai pas très bien commencé...Je suis né à Courbevoie, Seine »

(D'un château l'autre, Céline).

La combinaison de mots donne, dans le premier cas, un effet harmonieux, alors que, dans le second, l'auteur cherche à scander une vérité dont on perçoit déjà l'aspect tragique.

La longueur d'une phrase peut aussi apporter toutes les nuances aux propos voulus par son auteur :

« Longtemps, je me suis couché de bonne heure. »

(Du côté de chez Swann, Proust)

On peut évidemment procéder à d'autres démonstrations à l'infini.

Il demeure que la distance entre la musique et la littérature n'est pas si vaste... 

 

Repères à suivre : l'étude :  Présentation des livres de l'étude sur le thème de la musique. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

flora 16/10/2010 19:34



Dans le registre des points communs entre musique et littérature, le rythme du phrasé, le contrepoint semblent occuper une place importante.


Bon week-end, Litteratus. 



Litteratus 17/10/2010 12:40



Vous avez raison, chère Flora !



lizagrèce 16/10/2010 13:06



C'est souvent à ça que 'on reconnaît les bons écrivains : le rythme de la phrase



Litteratus 17/10/2010 12:40



La singularité de son style !



Pascal Girard 16/10/2010 09:28



Ah Céline ... le fait que mon écrivain préféré ait été un salaud m'a tjrs troublé et pas mal fait réfléchir au talent des hommes qui semble tomber n'importe ou et n'importe comment
au hasard... et pas juste. Mais qu'est ce qui est juste ici, hein ? argh ! a+ lit



Litteratus 16/10/2010 11:57



Heureusement qu'il existe une différence entre l'auteur et l'homme, cela nous permet de nous détacher de toute lecture manichéenne !