Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

La mémoire, l'ennemie obstinée (Crevel)

 

L ennemi

 

Repères : Thème de la Mémoire dans la Littérature (les souvenirs)

                  

Si la mémoire procure de bons ou de mauvais souvenirs, voyons aujourd'hui la mémoire, source même des souvenirs.

 

A-t-on vraiment besoin de ces évocations du passé qui encombrent nos têtes ?


Est-on finalement toujours heureux d'évoquer nos souvenirs ?

 

Pour être honnête, on peut dire sans se tromper que la réponse n'est pas toujours affirmative...


Mais prenons le cas d'un avis plus tranché : certains considèrent en effet la mémoire comme une ennemie empêchant l'oubli et comme un obstacle à la vie quotidienne.

 

La Gazette vous propose de lire un extrait d'un texte émanant d'un écrivain et poète surréaliste, René Crevel, qui ne tient pas à convoquer ses souvenirs...

***

 

« Je ne recollerai pas les morceaux du souvenir.

Le ciel craquelé des puzzles ne ressuscite point la féerie.

Ce que je me suis rappelé ne m'a jamais donné l'impression de vie que par de nouveaux regrets suscités. Aussi, de tous les hommes, les plus tristes et les plus malheureux m'apparaissent ceux qui naquirent doués des meilleures mémoires. Ils ne triomphent point de la mort mais, par la plus inexorable fatalité, chaque transsubstantiation qu'ils essaient, au lieu de prolonger leur passé, tue leur présent. Victimes de leur insuffisance, ils vont, condamnés à ne rien voir du spectacle nouveau qu'ils négligent dans un docile espoir de recommencements, dont au reste nul ne leur saurait suffire.

Pour moi, tout ce que j'ai appris, tout ce que j'ai vu, ne travaillera qu'à mon ennui et à mon dégoût, si quelque nouvel état ne me vaut l'oubli des détails antérieurs. Dès lors comment ne point baptiser ennemie une mémoire aux rappels obstinés ? (...) »


Mon corps et Moi, Mémoire l'ennemie, René Crevel,  (1900 – 1935)

http://fr.wikisource.org/wiki/Mon_corps_et_moi#IV._M.C3.89MOIRE.2C_L.27ENNEMIE

 

Repères à suivre  : Thème de la Mémoire

                                     - la mémoire à toute épreuve : l'impossible oubli

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

flora 07/10/2011 18:07



Je pense que l'idéal  -  comme souvent  - se trouve au milieu... On ne peut pas évacuer le passé qui nous construit en permanence mais vivre dans le passé en refusant
le présent et sans regarder vers l'avenir, c'est marcher à reculons! Et nous savons bien que c'est dangereux..



Litteratus 07/10/2011 20:21



Et dire que le temps n'est rien d'autre qu'une construction de l'esprit !



Cristofol Michel 06/10/2011 08:53



Très bon choix d'un texte des plus intéressants et d'un auteur que je ne connaissais pas, un texte à portée philosophique même : le passé peut-il vraiment tuer le présent ? Pour ma part, je ne le
pense point, même s'il n'est pas bon et recommandé de s'encombrer la mémoire de souvenirs gênants. Le passé, agréable ou non, fait partie intégrante de nous-mêmes, de notre construction
personnelle et il nous suit immanquablement. C'est justement le contraire de cette opinion que j'ai voulu développer et montrer dans mon ouvrage sur l'enfance. L'on pourrait même s'engager plus
loin dans le débat philosophique et se demander si la connaissance et le savoir ne nuiraient point au bonheur.



Litteratus 06/10/2011 20:22



Je suis contente de vous avoir fait connaître cet écrivain. On doit bien reconnaître que l'on ne peut vivre que dans le présent et que le passé forme un tout... Par moment, on boirait bien un peu
d'eau de Léthé...



ASP 06/10/2011 08:50



Texte très étonnant dont je ne partage pas du tout les idées ! On ne peut échapper à son passé, donc à sa mémoire. Vivre en permanence avec "une ennemie" qui se rappelle sans cesse à votre bon
... souvenir !! ça doit être fatiguant au bout d'un moment !



Litteratus 06/10/2011 20:18



On peut comprendre aussi que la souffrance leste la mémoire d'un poids trop pesant..