Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

L'amnésie dans la littérature (Virgile)

 

 

180670242_345f431c63.jpg

 

Repères : Thème de la Mémoire l'amnésie (Virgile)

              

 

Il a été abordé précédemment la question de la rancune, voyons aujourd'hui un autre aspect de la mémoire, celle qui peut nous faire défaut de manière temporaire ou permanente.

 

Une maladie symbolise cette incapacité à fixer les souvenirs. Elle est au centre de toutes les attentions...

 

Mais laissons cette terrible affection pour nous cantonner aujourd'hui à l'amnésie voulue et décidée.

 

La Gazette vous propose un extrait de l'Enéide de Virgile qui retrace l'épopée d'Enée pour conquérir le latium. Au livre VI, ce héros ira jusqu'à la descente aux enfers, passage célèbre, où il rencontrera Anchise (prononcez "Ankise"), son père, qui lui révélera bien des mystères et notamment celui des âmes.

 

Anchise indique à son fils que les défunts boivent de l'eau de Léthé qui a une propriété merveilleuse, celle de leur faire oublier les heures bénies aux Champs-Elysées, vaste paradis, et leur vie antérieure.

 

Mais dans quel intérêt ? Pour permettre à ces âmes de revenir ...sur terre !

 

Pour oublier, vous prendrez bien un peu d'eau de Léthé ?


***

 

"- O mon père ! c’est vous, c’est votre triste image
Qui, de tous les devoirs m’imposant le plus doux,
Du séjour des vivants m’a conduit près de vous.
Pour moi, pour mes vaisseaux, bannissez vos alarmes.
Donnez-moi cette main ; que je goûte les charmes
D’un entretien si doux. Ah ! ne m’en privez pas :
Laissez-moi vous tenir, vous presser dans mes bras !
De ce dernier adieu ne m’ôtez point les charmes ! »
Il dit, et de ses yeux laisse tomber des larmes ;
Trois fois, pour le saisir, fait de tendres efforts,
Trois fois l’ombre divine échappe à ses transport,
Tel fuit le vent léger, tel s’évapore un songe.
Cependant du héros l’œil avide se plonge
Au fond d’un bois profond, plein de verts arbrisseaux
Dont le doux bruit s’accorde au doux bruit des ruisseaux,
Le Léthé baigne en paix ces rives bocagères,
Là des peuples futurs sont les ombres légères,
Tel aux premiers beaux jours un innombrable essaim
Sort, vole autour des fleurs, se pose sur leur sein ;
Dans les airs, sur les eaux, le peuple ailé bourdonne,
Et de leur vol bruyant la plaine au loin résonne.
Le héros veut savoir quels sont ces lieux si beaux,
Quels peuples ont couvert ces rives, ces coteaux.
« Mon fils, dit le vieillard, tu vois ici paraître
Ceux qui dans d’autres corps un jour doivent renaître,
Mais, avant l’autre vie, avant ces durs travaux,
Ils cherchent du Léthé les impassibles eaux,
Et dans le long sommeil des passions humaines
Boivent l’heureux oubli de leurs premières peines.
Dès longtemps je voulais à ton œil enchanté
Montrer ce grand tableau de ma postérité ;
De ses brillants destins ton âme enorgueillie
S’applaudira d’avoir abordé l’Italie ».
Alors, le cœur encor tout rempli de ses maux :
« O mon père ! est-il vrai que, dans des corps nouveaux,
De sa prison grossière une fois dégagée,
L’âme, ce feu si pur, veuille être replongée ?
Ne lui souvient-il plus de ses longues douleurs ?
Tout le Léthé peut-il suffire à ses malheurs ?
— Mon fils, dit le vieillard, dans leur source profonde
Tu vas lire avec moi ces grands secrets du monde."


Éneide, livre VI, Virgile, traduction Delille

http://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%99%C3%89n%C3%A9ide_%28trad._Delille%29_-_VI

 

Repères à suivre  : Thème de la Mémoire

                                     - la mémoire à toute épreuve : les moyens mnémotechniques

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pr Stéphane FEYE 28/09/2012 20:16


Hoc mihi est verae voluptati. Ergo sunt adhuc homines qui maximum Poetam Maronem colunt. Non omnes mortui sunt. Sed quis Vergilium Latine legere poterit? Solus qui Musarum verarum aquam
biberit....

Litteratus 28/09/2012 20:47



Il en existe encore des admirateurs de Virgile !



lizagrèce 10/10/2011 19:01



Je préfère un petit verre de vin ... et je préfère ne pas connaître els secrets du monde ! Trop dangereux je crois .



Litteratus 10/10/2011 20:36



Attention à l'abus d'alcool ...



flora 10/10/2011 10:33



L'oubli, aussi indispensable que la mémoire...



Litteratus 10/10/2011 20:35



Pour vivre dans une certaine paix...