Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

"La Marseillaise de la Paix" de Lamartine et le "Rhin allemand" de Musset

"La Marseillaise allemande" de Becker a fait naître une réponse que Lamartine a intitulée la Marseillaise de la Paix. C'est un poème publié le 28 mai 1841 dans la Revue des Deux Mondes. Mais c'est sans compter sur la plume de Musset qui adopte un style moins lyrique et plus mordant dans son poème publié au mois de juin 1841. La crise diplomatique du Rhin connaîtra une issue avec le départ de Thiers et l'arrivée de Guizot.

crise, Rhin, Thiers, Guizot, Lamartine, Musset , 1841, Marseillaise de la paix

 

Repères : le thème du journal : présentation

Après avoir exposé le début de la crise du Rhin, au travers de son contexte et des protagonistes de l'action, il est temps de voir la réponse de deux poètes français à la "Marseillaise allemande". Nous verrons dans un premier temps, la poésie de Lamartine, puis celle de Musset avant de comprendre comment cette crise diplomatique a pris fin.

Lamartine

Il n'est pas possible à Lamartine de ne pas apporter une réponse à un poème qui lui est adressé et qui connait un tel succès en Allemagne.

En sa double qualité de poète et de fin politique, il attend plusieurs mois avant de publier son texte dans la Revue des Deux Mondes. Il s'empresse de lui donner un titre emblématique : La Marseillaise de la Paix

C'est, en effet, une ode au pacifisme : sur le fond et sur la forme, Lamartine s'abstient de toute polémique. Il choisit le registre lyrique en apostrophant le Rhin : "Roule libre et superbe entre tes larges rives, Rhin, Nil de l’Occident, coupe des nations !"

Pour illustrer son propos, le poète plonge dans les guerres meurtrières du passé pour tendre la main à l'Allemagne, "Allons-y, mais sans perdre un frère dans la marche,"

C'est véritablement un texte à la hauteur d'un grand poète, mais aussi d'un digne homme politique, ce qui, notons-le, est remarquable dans le climat nationaliste existant de part et d'autre du Rhin.

Découvrons ensemble un extrait de ce poème.

"REPONSE A M. BECKER

Roule libre et superbe entre tes larges rives,
Rhin, Nil de l’Occident, coupe des nations !
Et des peuples assis qui boivent tes eaux vives
Emporte les défis et les ambitions !

Il ne tachera plus le cristal de ton onde,
Le sang rouge du Franc, le sang bleu du Germain ;
Ils ne crouleront plus sous le caisson qui gronde,
Ces ponts qu’un peuple à l’autre étend comme une main !
Les bombes et l’obus, arc-en-ciel des batailles,
Ne viendront plus s’éteindre en sifflant sur tes bords ;
L’enfant ne verra plus, du haut de tes murailles,
Flotter ces poitrails blonds qui perdent leurs entrailles,
Ni sortir des flots ces bras morts !

(…)

Allons-y, mais sans perdre un frère dans la marche,
Sans vendre à l’oppresseur un peuple gémissant,
Sans montrer au retour aux yeux du patriarche,
Au lieu d’un fils qu’il aime, une robe de sang !
Rapportons-en le blé, l’or, la laine et la soie,
Avec la liberté, fruit qui germe en tout lieu ;
Et tissons de repos, d’alliance et de joie
L’étendard sympathique où le monde déploie
L’unité, ce blason de Dieu !

Roule libre, et grossis tes ondes printanières,
Pour écumer d’ivresse autour de tes roseaux :
Et que les sept couleurs qui teignent nos bannières,
Arc-en-ciel de la paix, serpentent dans tes eaux !

AL. DE LAMARTINE.

Saint-Point, 28 mai 1841."

Revue des Deux Mondes ;

source : http://fr.wikisource.org/wiki/La_Marseillaise_de_la_Paix_%28RDDM%29

Musset

Musset ne se satisfait pas du ton du poème de Lamartine, jugé trop politique et pas assez percutant. Il décide de publier lui-aussi sa propre réponse à Nicolas Becker au mois de juin 1841.

Le poète prend donc l'exact contre-pied de Lamartine en proposant un poème plus mordant, mais aussi plus court. Il choisit le quintil qui est une forme de poésie de 5 vers d'origine antique que le poète, en bon romantique, va reprendre à son compte dans le schéma ABABA. 

Sur le fond, il s'agit d'une réponse cinglante qui repose sur un procédé stylistique précis. À l'anaphore de Becker, Musset fait correspondre la même figure de style, mais en changeant de pronom et de forme de phrase (Négative/affirmative). Ainsi au "Ils ne l'auront pas, le libre Rhin allemand", le poète apporte son exacte opposée avec  "Nous l'avons eu, votre Rhin allemand". 

 

Le Rhin allemand

Nous l'avons eu, votre Rhin allemand,
Il a tenu dans notre verre.
Un couplet qu'on s'en va chantant
Efface-t-il la trace altière
Du pied de nos chevaux marqué dans votre sang ?

Nous l'avons eu, votre Rhin allemand.
Son sein porte une plaie ouverte,
Du jour où Condé triomphant
A déchiré sa robe verte.
Où le père a passé, passera bien l'enfant.

Nous l'avons eu, votre Rhin allemand.
Que faisaient vos vertus germaines,
Quand notre César tout-puissant
De son ombre couvrait vos plaines ?
Où donc est-il tombé, ce dernier ossement ?

Nous l'avons eu, votre Rhin allemand.
Si vous oubliez votre histoire,
Vos jeunes filles, sûrement,
Ont mieux gardé notre mémoire ;
Elles nous ont versé votre petit vin blanc.

S'il est à vous, votre Rhin allemand,
Lavez-y donc votre livrée ;
Mais parlez-en moins fièrement.
Combien, au jour de la curée,
Etiez-vous de corbeaux contre l'aigle expirant ?

Qu'il coule en paix, votre Rhin allemand ;
Que vos cathédrales gothiques
S'y reflètent modestement ;
Mais craignez que vos airs bachiques
Ne réveillent les morts de leur repos sanglant.

Musset, Le Rhin allemand

Revue de Paris juin 1840

Fin de la crise du Rhin

Cette crise du Rhin, diplomatique et poétique, dure donc depuis de longs mois.

Comment se termine-t-elle ?

Le caractère va-t-en guerre de Thiers finit par lui aliéner la confiance du roi Louis-Philippe qui le chasse. Le souverain appelle Guizot pour former un gouvernement. Le nouveau ministre cherche l'apaisement et signe le traité de Londres du 13 juillet 1841 réglant la question des détroits en Méditerranée. Si la crise du Rhin s'achève, elle préfigure de lourds conflits à venir.

Cette crise diplomatique a fait naître, en effet, un goût passionné pour le nationalisme le plus exacerbé et a entretenu artificiellement de multiples tensions tant chez les peuples allemands qu'en France.

C'est une controverse que l'on peut qualifier de moderne puisqu'elle est largement exploitée par les média et récupérée par les politiques à des fins opportunistes. 

Cet état d'esprit reviendra sur le devant de la scène internationale des décennies plus tard, lors du déclenchement de la Ie et de la IIe Guerre Mondiale.
 

Source : Marc Thuret, La crise Du Rhinet le malentendu franco-allemand (1839-1841), OPEN EDITION BOOK

***

Repères à suivre: les essais libres

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lizagrèce 08/09/2010 14:53



Malheureusment Lamartine se trompait ... les évenements qui se sont succédés n'étant pas tout à fait en faveur de la paix



Litteratus 08/09/2010 19:10



Tu as raison puisque les protagonistes se sont fait la guerre ... trois fois durant la période de 1870-1945 !



Cat 08/09/2010 09:30



Quel souffle et quelle grandeur dans cette suggestion de paix! Vaiment très belle cette réponse, celà ne m'étonne pas de Lamartine!



Litteratus 08/09/2010 12:53



Se tendre la main au lieu de se complaire dans les revendications belliqueuses !