Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le langage de la musique (La Duchesse de Langeais, Balzac)

La musique des mots nous offre le loisir de comprendre le langage qu'offre les notes. Découvrons le message que laisse entendre la duchesse de Langeais avec son morceau joué à l'orgue dans le roman éponyme de Balzac.

balzac, duchesse de langeais, musique, thème, message

 

Repères : thème de la musique : présentation

Dans l'article précédent, il a été question de l'apprentissage de la musique sous la plume de Dumas, aujourd'hui, nous resterons dans le domaine de la fiction avec Balzac.

Balzac

La musique peut exprimer plus d'émotions que de simples mots.

L'assertion semble péremptoire.

Vérifions-la auprès de Balzac avec le roman intitulé La duchesse de Langeais.

Icône parisienne, une fière aristocrate a quitté, par dépit, son amant pour se réfugier dans un couvent de carmélites.

Les années ont passé et Montriveau réussit enfin à la retrouver. Il signale bruyamment sa présence auprès de celle qu'il aime toujours.

Mais il est impossible à la religieuse de communiquer avec le monde extérieur. Il ne lui reste qu'une seule possibilité pour s'exprimer : la musique.

La duchesse de Langeais, devenue Soeur Thérèse, qui tient l'orgue comme à son habitude va produire, de manière improvisée, un jeu brillant d'un genre inédit :  elle entreprend de narrer avec les tonalités chromatiques de l'instrument le récit de sa vie de recluse : une scène d'anthologie !

Orgue

"L'orgue est certes le plus grand, le plus audacieux, le plus magnifique de tous les instruments créés par le génie humain. Il est un orchestre entier, auquel une main habile peut tout demander, il peut tout exprimer. (...)

La musicienne, passant du majeur au mineur, sut instruire son auditeur de sa situation présente. Soudain elle lui raconta ses longues mélancolies et lui dépeignit sa lente maladie morale. Elle avait aboli chaque jour un sens, retranché chaque nuit quelque pensée, réduit graduellement son cœur en cendres. Après quelques molles ondulations, sa musique prit, de teinte en teinte, une couleur de tristesse profonde. Bientôt les échos versèrent les chagrins à torrents. Enfin tout à coup les hautes notes firent détonner un concert de voix angéliques, comme pour annoncer à l'amant perdu, mais non pas oublié, que la réunion des deux âmes ne se ferait plus que dans les cieux : touchante espérance ! Vint l'Amen. Là, plus de joie ni de larmes dans les airs ; ni mélancolie, ni regrets. L'Amen fut un retour à Dieu ; ce dernier accord fut grave, solennel, terrible. La musicienne déploya tous les crêpes de la religieuse, et, après les derniers grondements des basses, qui firent frémir les auditeurs jusque dans leurs cheveux, elle sembla s'être replongée dans la tombe d'où elle était pour un moment sortie. Quand les airs eurent, par degrés, cessé leurs vibrations oscillatoires, vous eussiez dit que l'église, jusque là lumineuse, rentrait dans une profonde obscurité."

La duchesse de Langeais, Balzac,

source : http://fr.wikisource.org/wiki/La_Duchesse_de_Langeais/1

repères à suivre :  La musique obsédante (la sonate de Vinteuil, Proust)

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lyly 15/10/2010 06:44



Par ce magnifique exemple, on voit que la musique est bien le langage universel


Je suis ravie d'avoir passé ce moment ici, j'aime prendre mon temps et être au


calme pour me pauser chez toi


Belle journée, bises, Lyly



Litteratus 15/10/2010 14:54



Tu sais que j'apprécie tes messages des laudes...



lizagrèce 09/10/2010 22:54



C'est ce que l'on appelle : "Les grandes orgues "!



Litteratus 10/10/2010 19:22



Pour un moment unique !



flora 09/10/2010 10:37



Anthologique, en efet! ou comment mettre des mots sur l'insaisissable...



Litteratus 10/10/2010 19:22



Tout se dire par n'importe quel moyen !