Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

La littérature en mouvement : le dynamisme (d'Alembert)

4110873380_b216efb88d.jpg

Une question de définition

Repères  : thème du Mouvement : présentation

Après la balançoire des idées, venons-en à la définition physique du mouvement.

Lisons ce qu'un grand scientifique  du XVIIIème siècle, dans des termes choisis, nous disait du dynamisme : une leçon de chose dispensée avec rigueur.

La fin des ténèbres avec les rudiments d'une connaissance lumineuse !

***

" Rien n'est plus naturel, je l'avoue, que de concevoir le Mouvement comme l'application successive du mobile aux différentes parties de l'espace indéfini, que nous imaginons comme le lieu des corps: mais cette idée suppose un espace dont les parties soient pénétrables et immobiles; or personne n'ignore que les Cartésiens (Secte qui à la vérité n'existe presque plus aujourd'hui) ne reconnaissent point d'espace distingué des corps, et qu'ils regardent l'étendue et la matière comme une même chose. Il faut convenir qu'en partant d'un pareil principe, le Mouvement serait la chose la plus difficile à concevoir, et qu'un Cartésien aurait peut-être beaucoup plutôt fait d'en nier l'existence, que de chercher à en définir la nature. Au reste, quelque absurde que nous paraisse l'opinion de ces Philosophes, et quelque peu de clarté et de précision qu'il y ait dans les Principes Métaphysiques sur lesquels ils s'efforcent de l'appuyer, nous n'entreprendrons point de la réfuter ici: nous nous contenterons de remarquer, que pour avoir une idée claire du Mouvement, on ne peut se dispenser de distinguer au moins par l'esprit deux sortes d'étendue: l'une, qui soit regardée comme impénétrable, et qui constitue ce qu'on appelle proprement les corps; l'autre, qui étant considérée simplement comme étendue, sans examiner si elle est pénétrable ou non, soit la mesure de la distance d'un corps à un autre, et dont les parties envisagées comme fixes et immobiles, puissent servir à juger du repos ou du mouvement des corps. Il nous sera donc toujours permis de concevoir un espace indéfini comme le lieu des corps, soit réel, soit supposé, et de regarder le Mouvement comme le transport du mobile d'un lieu dans un autre."

Discours préliminaire, Traité de dynamique, d'Alembert

http://fr.wikisource.org/wiki/Trait%C3%A9_de_dynamique/Discours_pr%C3%A9liminaire

repères à suivre : les Lumières (Kant)

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ASP 13/04/2011 14:18



Cette définition du mouvement me plaît assez ! Avec ce texte, on pourrait presque faire du mouvement, une formule mathématique ! Ceci dit, étant donné mon niveau en maths qui doit être en-dessous
de celui de la mer, je ne m'y risquerai pas ! Vive la poésie !



Litteratus 13/04/2011 15:49



Se confronter à l'abstraction pure ne fait pas de mal de temps en temps...



lizagrèce 11/04/2011 21:22



Pas facile d'en arriver à une conclusion !



Litteratus 12/04/2011 19:48



Mais tu as essayé !



Charlotte 11/04/2011 18:52


Nouvelle présentation, mais toujours très intéressant... Bravo!!! Une fidèle lectrice


Litteratus 11/04/2011 19:06



Une observatrice de première catégorie ! merci



flora 11/04/2011 15:05



Une chose qui semblerait si évidente à première vue mais lorsqu'on essaie de la définir...



Litteratus 11/04/2011 19:05



Au temps où l'on savait autant écrire que penser..