Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

La littérature en mouvement : la danse ( Schiller)

 

Un appel à la liberté

Repères  : thème du Mouvement : présentation

Pénétrons toujours plus avant dans les grands courants de pensée de la Littérature.

Allons ensemble en Allemagne sur les terres du Mouvement du Sturm und Drang avec un de ses dignes représentant Schiller.

Sentez-vous l'appel à la liberté, à la redécouverte de la Nature, telles sont les grandes orientations de ce courant de pensée dans la mouvance de Jean-Jacques Rousseau.

Schiller nous entraîne dans une danse évanescente...
 

***

"LA DANSE


VOIS tourner d’un pas flottant les couples, balancés comme les vagues ! Le pied ailé effleure à peine le sol. Vois-je des ombres fugitives délivrées du poids des corps ? des sylphes qui, au clair de lune, entrelacent leur ronde aérienne ? Comme, bercée par le zéphyr, la fumée légère se balance sur les flots argentés, ainsi le pied docile bondit sur la vague mélodieuse de la cadence ; le son des cordes murmurantes soulève les corps éthérés.

Soudain, comme s’il voulait rompre de force la chaîne de la danse, un couple hardi, là-bas, s’élance au plus épais de la ronde. Devant lui se fraye subitement le passage, qui, derrière lui, disparaît ; il semble qu’une main magique lui ouvre et lui ferme le chemin. Vois ! à l’instant il s’est évanoui aux regards : dans un fougueux pêle-mêle croule et se confond l’élégante structure de cette mobile création… Non ! le voilà qui flotte encore et ressort triomphant ; le nœud se débrouille ; l’ordre n’a fait que se rétablir avec un nouvel attrait. Toujours détruit, ce monde tourbillonnant se reproduit toujours, et une loi muette dirige le jeu de ces métamorphoses. Parle ! d’où vient que les figures vacillent, sans cesse renouvelées, et que le repos subsiste dans ce mouvant tableau ? que chacun, maître et libre, n’obéit qu’à son propre cœur, et, dans cette course rapide, trouve l’unique chemin ? Veux-tu le savoir ? C’est la puissante déesse de l’harmonie qui ordonne en bel ensemble de danse les bonds désordonnés ; qui, pareil à Némésis* , dirige avec le frein d’or du rythme la bruyante allégresse, et apprivoise sa fougue.

Et c’est en vain que pour toi retentissent les harmonies de l’univers ? Le torrent de ce sublime concert ne te saisit-il pas ? ni la cadence ravissante que tous les êtres te marquent ? ni le tourbillon de la danse qui, à travers l’éternel espace, lance de brillants soleils dans les routes hardiment entrelacées ? Ce que tu respectes pourtant dans le jeu, tu le fuis dans l’action : la mesure !"

Danse, Gedankengedichte, Schiller, traduit par ADOLPHE RÉGNIER.

http://fr.wikisource.org/wiki/La_Danse_%28tr._R%C3%A9gnier%29


  *.  Déesse de la juste mesure et de la répression, ennemie de tout excès et de tout désordre. (A.R.)

repères à suivre : la Révolution (Ménard)

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

flora 14/04/2011 15:10



Il est très difficile de rendre le mouvement par des mots; Schiller nous donne envie de nous décoller de la pesanteur...



Litteratus 14/04/2011 17:47



Une envie soudaine d'un petit entrechat ?



lizagrèce 13/04/2011 21:40



Et surtout ne jamais calquer son mouvement sur une "cadencce" mais sur un rythme intérieur



Litteratus 14/04/2011 17:26



Bien noté !



lizagrèce 13/04/2011 17:34



Ce texte n'a pas été écrit par un danseur ... ça se sent !



Litteratus 13/04/2011 19:57



Le point de vue d'une experte qui a dû suer sang et eau pour donner l'apparence d'une facilité dans le mouvement...



ASP 13/04/2011 14:01



Quelle légèreté esthétique ! Cela donne envie de faire des sauts de chat ! Toutefois, je crains ne pas arriver au même résultat ...



Litteratus 13/04/2011 15:45



Une envie soudaine de retrouver une certaine souplesse ?



Cristofol Michel 13/04/2011 10:55



Un texte aérien qui nous emporte et traduit si bien le mouvement de la danse. Comme dans d'autres arts, tels ceux du patinage artistique, de la gymnastique rythmique, du cirque..., l'effort
dissimulé est transformé en grâce, légèreté et pure poésie. 



Litteratus 13/04/2011 15:48



Faire entrer Schiller dans notre salle de danse, le faire choir de son piédestal uniquement pour pouvoir l'écouter sans peine, à notre pauvre hauteur, merveilleusement.