Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

La plaidoirie d'un avocat (Anatole France)

Le thème de la justice dans la littérature nous a offert de belles plaidoiries, mais aussi des plus cocasses comme celle de l'affaire Crainquebille mis en mots par Anatole France.

 

                                        

 

Repère : thème de la justice : présentation

Dans l'article précédent, nous avons montré un accusé hors du commun, aujourd'hui il sera question d'une plaidoirie célèbre.

Affaire Crainquebille

La justice humaine ne serait rien sans les droits de la défense. La Gazette vous propose de lire une savante plaidoirie de Maître Lemerle, avocat de Monsieur Crainquebille.

Quelles sont les charges qui pèsent sur l'accusé ? Vol, meurtre... Nullement, il lui est reproché d'avoir invectivé un agent de police.

Plaidoirie

Il convient de rappeler les faits et la procédure.

Marchand des quatre-saisons en attente du règlement par une cliente, Crainquebille a refusé d'obtempérer aux ordres de l'agent 64 qui lui demandait de circuler. L'agent de police dénommé Matra (ainsi qu'il en ressort des minutes du jugement) se sentant insulté arrête le commerçant et fait confisquer la carriole. Crainquebille passera une nuit en prison avant de comparaître le lendemain en jugement.

L'interrogatoire entre le Président et Crainquebille prend à peine six minutes, l'accusé, saisi d'effroi, n'étant pas à même de répondre. Son avocat prend alors la parole dans son intérêt : admirez le talent du plaideur qui finit par solliciter la clémence du tribunal en humiliant son client au passage !

  ***

"Le calme s’étant rétabli, maître Lemerle se leva. Il commença sa plaidoirie par l’éloge des agents de la Préfecture, « ces modestes serviteurs de la société, qui, moyennant un salaire dérisoire, endurent des fatigues et affrontent des périls incessants, et qui pratiquent l’héroïsme quotidien. Ce sont d’anciens soldats, et qui restent soldats. Soldats, ce mot dit tout… » .

Et maître Lemerle s’éleva, sans effort, à des considérations très hautes sur les vertus militaires. Il était de ceux, dit-il,« qui ne permettent pas qu’on touche à l’armée, à cette armée nationale à laquelle il était fier d’appartenir » .

Le président inclina la tête.

Maître Lemerle, en effet, était lieutenant dans la réserve. Il était aussi candidat nationaliste dans le quartier des Vieilles-Haudriettes.

Il poursuivit :

« Non certes, je ne méconnais pas les services modestes et précieux que rendent journellement les gardiens de la paix à la vaillante population de Paris. Et je n’aurais pas consenti à vous présenter, messieurs, la défense de Crainquebille si j’avais vu en lui l’insulteur d’un ancien soldat. On accuse mon client d’avoir dit : "Mort aux vaches !" Le sens de cette phrase n’est pas douteux. Si vous feuilletez le Dictionnaire de la langue verte, vous y lirez : » Vachard, paresseux, fainéant ; qui s’étend paresseusement comme une vache, au lieu de travailler. —— Vache, qui se vend à la police ; mouchard." Mort aux vaches ! se dit dans un certain monde. Mais toute la question est celle-ci : Comment Crainquebille l’a-t-il dit ? Et même, l’a-t-il dit ? Permettez-moi, messieurs, d’en douter.

« Je ne soupçonne l’agent Matra d’aucune mauvaise pensée. Mais il accomplit, comme nous l’avons dit, une tâche pénible. Il est parfois fatigué, excédé, surmené. Dans ces conditions il peut avoir été la victime d’une sorte d’hallucination de l’ouïe. Et quand il vient vous dire, messieurs, que le docteur David Matthieu, officier de la Légion d’honneur, médecin en chef de l’hôpital Ambroise-Paré, un prince de la science et un homme du monde, a crié : "Mort aux vaches !" nous sommes bien forcés de reconnaître que Matra est en proie à la maladie de l’obsession, et, si le terme n’est pas trop fort, au délire de la persécution.

« Et alors même que Crainquebille aurait crié : "Mort aux vaches !" il resterait à savoir si ce mot a, dans sa bouche, le caractère d’un délit. Crainquebille est l’enfant naturel d’une marchande ambulante, perdue d’inconduite et de boisson, il est né alcoolique. Vous le voyez ici abruti par soixante ans de misère. Messieurs, vous direz qu’il est irresponsable. "(...)

Anatole France, L'affaire Crainquebille, chapitre II, Wikisource.lien

gazette-tetiere.jpgPour aller plus loin avec Anatole France L'INSTRUCTION ET LE SAVOIR...

repère à suivre : la parole donnée à l'accusé

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Yves 17/02/2010 14:47


Agent de police, voilà un métier que je n'aurais jamais voulu faire... par contre cela m'aurait bien plu de faire Enquêteur ou un métier dans le genre ... je suis une vrai fouine !
Jean-Yves


LITTERATUS 17/02/2010 17:05


l'agent 64 est pourtant entré malgré lui dans la postérité : l'art de verbaliser sans motif...


martine 07/02/2010 23:50


Cette plaidoirie mérite, à mon sens, une lecture à deux niveaux...


LITTERATUS 08/02/2010 08:05


élève Martine, développez votre pensée !


lyly 07/02/2010 18:46


Bonsoir L

Eh bien quelle plaidoirie !
Il n'y est pas allé par le dos de la cuillère !
Merci pour ce texte très cocasse
Bonne soirée, bises, Lyly


LITTERATUS 07/02/2010 19:42


Un plaidoirie comme on n'en fait plus... heureusement !


lizagrèce 07/02/2010 13:49


"Mort aux vaches" c'est quand même plus élégant que "Casse-toi pauvre ..."


LITTERATUS 07/02/2010 19:43


C'est plus bucolique aussi... les champs, les prés...


Val 07/02/2010 13:36


Monsieur Crainquebille en garde à vue, pui sen jugement  pour une phrase qu'il n'aurait pas dite.... Rien de nouveau sous le soleil...


LITTERATUS 07/02/2010 19:42


 tout à fait d'accord !