Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

La générosité, geste impérissable (Oscar Wilde)

La générosité, geste impérissable (Oscar Wilde)(L'Alcazar, Séville)

 

 

Repères : hors-série de l'hiver : le Prince Heureux (O. Wilde)


Dans l'article précédent, il a été montré la rencontre entre la statue du Prince Heureux revêtue de couches d'or et richement sertie de rubis et de saphirs qui est dotée du langage et de la sensibilité la plus exquise et d'une hirondelle un peu égoïste.

Le Prince interpelle l'oiseau et lui demande de porter le rubis de son épée à un pauvre enfant pauvre et malade. L'hirondelle éprouve un sentiment de bienfait. Mais elle doit poursuivre sa migration vers L’Égypte. Le Prince lui demande une deuxième fois de porter des saphirs logés dans ses yeux à un pauvre poète sans le sou et à une jeune vendeuse d'allumettes. Elle accède à sa demande en décidant de demeurer avec la statue devenue aveugle. Mais le froid de l'hiver emporte le pauvre oiseau. Un craquement singulier s'échappe de la statue de l'homme heureux...

****

 

"Vraiment il faisait un terrible froid.

De bonne heure, le lendemain, le maire se promenait dans le square sous la statue avec les conseillers de la ville.

Comme ils dépassaient le piédestal, il leva la tête vers la statue.

- Dieu ! dit-il. Comme le Prince Heureux semble déguenillé

- Il est vraiment déguenillé, dirent les conseillers de ville qui étaient toujours de l'avis du maire et eux aussi levèrent la tête pour regarder la statue.

- Le rubis de son épée est tombé, ses yeux ne sont plus en place et il n'est plus du tout doré, dit le maire. Bref, il ne vaut guère plus qu'un mendiant.

-Guère plus qu'un mendiant firent écho les conseillers de ville.

Et voici qu'il a à ses pieds un oiseau mort, continua le maire. Vraiment il faudra faire promulguer un arrêté pour défendre aux oiseaux de mourir ici.

Et le secrétaire de ville prit note de cette idée.

Alors on renversa la statue du Prince Heureux.

- Comme il n'est plus beau, il ne sert plus à rien ! dit le professeur d'art à l'Université.

Alors on fondit la statue dans une fournaise et le maire réunit le conseil en assemblée pour décider ce que l'on ferait du métal

- Nous pourrions, proposa t-il en faire une autre statue. La mienne par exemple.

-Ou la mienne, dit chacun des conseillers de ville.

Et ils se querellèrent.

La dernière fois que j'ai entendu parler d'eux, ils se querellaient toujours.

- Quelle étrange chose dit le contre-maître de la fonderie. Ce cœur de fonte ne veut pas fondre dans le fourneau, il nous faudra le jeter aux rebuts.

Les fondeurs le jetèrent sur le tas de détritus où gisait l'Hirondelle morte.

Apporte-moi les deux choses les plus précieuses de la ville, dit Dieu à l'un de ses
anges.

Et l'ange lui apporta le cœur de plomb et l'oiseau mort.

Tu as bien choisi, dit Dieu. Dans mon jardin du Paradis, ce petit oiseau chantera
éternellement et, dans ma cité d'or, le Prince Heureux redira mes louanges."


Le prince heureux, Oscar Wilde, traduit de l'anglais par Albert Savine

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k99874r/f171.image.r=prince+heureux+oscar+wilde.langFR

 

Repères à suivre : Bon Noël !

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article