Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

La gêne et le ridicule (Margueritte)

 

 

La gêne et le ridicule (Marguerite)

                                                            (Gazette de la Mode,1872)

 

Repère : thème du ridicule : présentation

 

Un jugement extérieur

Il existe une principale signification au terme ridicule. Sous ce vocable, on range ainsi l'idée d'un comportement qui provoque involontairement la moquerie ou la dérision. Il ressort de cette définition que le ridicule provient donc d'un jugement de valeur posé par autrui. Ce serait donc une manifestation purement extérieure.


Nuançons le propos en démontrant aussi que le ridicule naît aussi d'une perception intérieure et personnelle des choses. On peut paraître totalement ridicule lorsqu'on ne se sent pas dans le ton d'un événement ou d'une situation. L'image que l'on se renvoie en pareille occasion fait alors surgir un sentiment de honte. Il s'agit le plus souvent d'une blessure d'orgueil. Le ridicule prend alors une perception toute personnelle...


Une tenue de voyage gênante

La Gazette Littéraire vous propose de retrouver une illustration de ce sentiment particulier dans l'extrait qui suit. Un jeune homme part en vacances à la mer ; loin d'être tout à sa joie, il éprouve au contraire un malaise lié à sa tenue vestimentaire. Un problème le tarraude : son faux-col lui cause des soucis. Il s'imagine être la risée des voyageurs...

Le ridicule, un sentiment entre gêne et illusion...

 

***

"Tout le long du trajet, Albert fut maussade. Pourtant, l’idée qu’il allait connaître l’Océan, courir les grèves, oublier pendant deux mois le lycée, le ravissait. Mais, avec la vanité ridicule et l’égoïsme maladif de ses quinze ans, il se sentait mal à l’aise, dans le wagon, s’imaginant que chacun fixait les yeux sur lui. Un vieillard à lunettes lui jetait, de temps à autre, un regard bleu et froid. Albert se persuadait qu’un col trop étroit, qu’on lui avait imposé, attirait ainsi l’attention, humilié, boudant de ce qu’il lui faudrait user cette douzaine de cols encore neufs, il en voulait à sa mère, et, pour bien lui marquer son mécontentement, il haussait le menton, se démanchait le cou, risquait une grimace douloureuse. Cette tactique n’obtenant atteint succès, et Mme Janville regardant obstinément défiler la campagne, derrière la vitre, avec ce visage ferme et résigné des veuves auxquelles la vie n’est pas toujours facile, et qui n’élèvent pas un fils unique sans tiraillements ni souffrances, Albert se composa une expression d’amertume et de dédain, la bouche à la Bonaparte, le front inspiré, de l’air de quelqu’un qui regarde de haut l’univers et scrute l’avenir. Ah ! comme il porterait des faux cols à son goût, quand il aurait atteint sa majorité."


A la mer, Paul Magueritte, chapitre 1er

http://fr.wikisource.org/wiki/%C3%80_la_mer_%28Margueritte%2

 

Repères à suivre : présentation : le ridicule d'une situation (J.Austen)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article