Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le feuilleton (3) : lorsque la magie de Noël a disparu

  4282057791_d646503e05.jpg

  

Repères : hors-série : le feuilleton


Résumé des articles précédents : le 5 décembre 2011, Nathan Frémont écoute avec son beau regard d'enfant candide la leçon de Mademoiselle Lang. Il est question de la protection de l'environnement. Le débat s'anime dans la classe de maternelle et on en vient à parler de l'empreinte carbone, terme qui fait forte impression sur le jeune enfant, à l'intelligence précoce. Au cours du repas du soir, la conversation en famille tourne autour de ce problème environnemental. Convaincu que le Père Noël, lors de ses déplacements, abîme la couche d'ozone, Nathan déclare tout à trac à ses parents qu'il ne veut pas recevoir de cadeaux. Le père Noël, un sujet de conflit dans les familles...


***


Loin de voir l'ambiance familiale se détendre, les jours qui précédèrent Noël furent au contraire extrêmement pesants. Nathan habituellement si docile devint particulièrement difficile à vivre. Il s'enfermait en outre dans un mutisme inquiétant. Il ne voulait plus qu'on lui parle de la fête de Noël. Il avait cette fierté d'un enfant résolu. Ayant expédié sa lettre au Père Noël écrite de manière phonétique, le problème fut réglé pour lui de manière définitive. Mais son cœur était lourd ; ses copains n'avaient que le mot cadeaux à la bouche. Lui, il savait bien qu'il n’aurait rien. Il avait dans des instants de jeux les larmes aux yeux. Mais il ne voulait pas céder sur le principe. Ses parents le regardaient totalement impuissants. L'enfant était arrivé au bout d'une logique, celle dont ses parents s'étaient fait les apôtres. L'enfant était pris au piège. La parole de l'adulte ne calmait pas son ardeur. La concorde familiale s'était telle une machine grippée. Comment retrouver dans de telles conditions la magie de Noël ?


Au cours d'un dîner où se trouvaient les parents de Geneviève et Richard, le frère de cette dernière, il fut exposé le sujet de crispation avec l'enfant. Inédit pour des parents habituellement à l'écoute de leur fils, si parfait. La première crise avec Nathan. Il fallait trouver une solution pour sortir de l'embarras. Deux possibilités furent esquissées. La première consistant à lui déposer les cadeaux au pied du sapin n'était pas une bonne idée, du point de vue de la mère : il penserait certainement que le Père Noël ne l'a pas écouté. La trahison d'un adulte est insurmontable pour un enfant si fragile. A l'inverse, la seconde solution visant à ne rien mettre sous le sapin, c'était l'assurance de le voir pleurer au petit matin : Nathan reste un petit garçon émotif. Que faire ? se demanda son père.

Un silence s'installa avant d'être rompu soudainement par Richard, totalement exaspéré par le dilemme de sa sœur et de son beau-frère.

 

Célibataire sans enfant, il ne put que se moquer de l'importance donnée à ce non-évènement. Un pur caprice ! Richard leur reprocha alors de porter leur fils aux nues. Mais arrêtez de le mettre sur un piédestal. Vous l'idéalisez ; vous lui donnez trop d'importance ! Il ne ressemble pas à un gamin de son âge. Non mais regardez-vous  ! De quoi parle-t-on depuis le début du repas ? D'un enfant qui ne veut pas fêter Noël ! Faut-il rappeler ici que d'autres n'auront rien le 25 décembre faute d'argent. Allez ! Vous êtes irritants avec vos cas de conscience ! Geneviève tenta de se défendre et d'argumenter. Richard se moquait d'elle. Impatienté, Guillaume le renvoya à l'époque où le donneur de conseils aurait lui aussi des enfants. On se permettra de te juger alors quand tu seras en situation d'être père ! Ce n'est pas si facile d'être un bon parent ! Le ton monta, la conversation dégénéra totalement. Des insultes fusaient. La dispute prenait un tour mauvais lorsque le petit garçon se mit à faire un cauchemar, ce qui calma aussitôt les passions. Alarmée, Geneviève alla le tranquilliser.


A son retour, elle fut surprise par le calme qui régnait dans la pièce. Elle entendit son frère suggérer de trouver une issue à cette insolite affaire. Je vous propose de régler le problème des cadeaux, des larmes de Nathan, de ses scrupules d'enfant et évidemment de ce satané Père Noël une fois pour toutes. Si vous me laissez faire, je vous garantis que nous allons passer d'excellentes fêtes de fin d'année et que Nathan redeviendra comme avant : un enfant parfait ! Compte tenu de la situation et n'ayant rien à perdre, Geneviève et Guillaume acceptèrent non sans quelque appréhension. Il le connaissait  : il n'était pas du genre à faire dans la dentelle.

 

Pour Richard, la solution passait par la fin d'un mythe. Un traitement radical mais efficace. Il ne lui restait que deux jours avant la veillée de Noël. Cela lui suffisait amplement...

 

Repères : hors-série : le feuilleton : la venue du Père Noël

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Michel Cristofol 28/12/2011 09:17


Une bonne leçon donnée aux parents qui veulent faire de leurs enfants de super génies ou quand les formateurs ont besoin d'être avant tout eux-mêmes formés, même si, comme le disait Heidegger, en
éducation on fait toujours mal et que les éducateurs ont besoin d'être éduqués. Mais attendons la venue du Père Noël...

Litteratus 28/12/2011 12:16



Arrivera-t-il ? telle est la question...