Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le père que l'on découvre (Alain-Fournier)

Comment un père jusque là inconnu peut-il adopter un être qu'il n'a jamais vu et se faire adopter dans le même temps par son enfant ? Le Grand Meaulnes d'Alain-Fournier nous apporte une réponse...

thème, père, adoption, le grand meulnes, Alain, fournier

Repères : thème du père : présentation : les différentes figures de père

Dans le cadre de la présentation, nous avons choisi de mettre en relief différentes figures du père, selon une gradation passant du "bon" père au père tyrannique selon l'ordre suivant :

Nous avons lu un extrait de la nouvelle de Maupassant, le Père, nous poursuivons aujourd'hui avec la deuxième figure, si vous le voulez bien.

Le Grand Meaulnes

La figure paternelle qui vous est proposée touche à la mystique des liens du sang. Comment un père jusque là inconnu peut-il adopter un être qu'il n'a jamais vu et se faire adopter dans le même temps par son enfant ?

La Gazette vous propose de répondre à cette interrogation en retrouvant le Grand Meaulnes d'Alain-Fournier qui a déjà fait l'objet d'une étude approfondie.

Le père retrouvé

Rappelons le contexte de l'extrait.

Après une longue absence, Augustin Meaulnes revient chez lui et apprend le décès de sa femme, Yvonne de Galais, et la naissance de sa fille.

L'ami de toujours, François Seurel, l'accueille et lui présente... sa fille.
 

« Il se releva enfin, les yeux égarés, titubant, ne sachant où il était. Et, toujours le guidant par le bras, j’ouvris la porte qui faisait communiquer cette chambre avec celle de la petite fille. Elle s’était éveillée toute seule — pendant que sa nourrice était en bas — et, délibérément, s’était assise dans son berceau. On voyait tout juste sa tête étonnée, tournée vers nous.

Voici ta fille, dis-je.

Il eut un sursaut et me regarda.

Puis il la saisit et l’enleva dans ses bras. Il ne put pas bien la voir d’abord, parce qu’il pleurait. Alors, pour détourner un peu ce grand attendrissement et ce flot de larmes, tout en la tenant très serrée contre lui, assise sur son bras droit, il tourna vers moi sa tête baissée et me dit :

— Je les ai ramenés, les deux autres... Tu iras les voir dans leur maison.

Et en effet, au début de la matinée, lorsque je m’en allai, tout pensif et presque heureux vers la maison de Frantz, qu’Yvonne de Galais m’avait jadis montrée déserte, j’aperçus de loin une manière de jeune ménagère en collerette, qui balayait le pas de sa porte, objet de curiosité et d’enthousiasme pour plusieurs petits vachers endimanchés qui s’en allaient à la messe...

Cependant la petite fille commençait à s’ennuyer d’être serrée ainsi, et comme Augustin, la tête penchée de côté pour cacher et arrêter ses larmes continuait à ne pas la regarder, elle lui flanqua une grande tape de sa petite main sur sa bouche barbue et mouillée.

Cette fois le père leva bien haut sa fille, la fit sauter au bout de ses bras et la regarda avec une espèce de rire. Satisfaite, elle battit des mains...

Je m’étais légèrement reculé pour mieux les voir. Un peu déçu et pourtant émerveillé, je comprenais que la petite fille avait enfin trouvé là le compagnon qu’elle attendait obscurément… La seule joie que m’eût laissée le grand Meaulnes, je sentais bien qu’il était revenu pour me la prendre. Et déjà je l’imaginais, la nuit, enveloppant sa fille dans un manteau, et partant avec elle pour de nouvelles aventures. »

Le Grand Meaulnes, Alain-Fournier,

Wikisource http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Grand_Meaulnes/III

repère à suivre : le père que l'on n'attendait plus (Homère)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Yves 02/08/2010 13:21



ah non, non, j'adore chercher fouiller... c'est du plaisir pas du travail.
Jean-Yves



Litteratus 03/08/2010 14:37



tant mieux !



Jean-Yves 02/08/2010 11:51



Bonjour Litteratus,
Ayant eu du mal avec "putaif", j'e suis allé consulter le dico... et bien même là j'ai eu du mal, alors je suis allé consulté le dico des synonymes et bien je crois pas que l'adjectif "putatif"
(estimé, présumé, prétendu, supposé.) me plaise pour définir cet ami. :-)
Jean-Yves



Litteratus 02/08/2010 12:02



Je te donne du travail, mon pauvre !



Jean-Yves 22/07/2010 15:48



Qu'est-ce que j'aurais aimé que l'on vienne m'enlevé et vivre d'autres aventures... Au bureau j'ai fait la rencontre d'un homme, d'un papa, d'un ami, d'un collègue, d'un monsieur... cet homme
m'aurait bien plu comme papa.
Jean-Yves



Litteratus 01/08/2010 18:49



Un père putatif en somme !



lizagrèce 05/06/2010 13:10



Et bien je n'en ai plus aucun souvenir ...



Litteratus 05/06/2010 13:16



La Gazette s'occupe de tout !



lizagrèce 04/06/2010 22:56



Ma mémoire me trahit. Je n'avais aucun souvenir de ce passage !



Litteratus 05/06/2010 11:38



C'est la toute fin du livre...