Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

L'émotion d'un père (Maupassant)

Découvrons un extrait d'une nouvelle de Maupassant, le père, qui traite de l'affection d'un père pour son fils qu'il découvre après l'avoir abandonné.

  

thème, père, découverte, fils, Maupassant,

   

Repères : thème du père : présentation : une figure paternelle 

 

Dans l'article précédent, nous avons présenté le sommaire du mois consacré au thème du père dans la littérature.  Débutons aujourd'hui par la présentation.

Cette dernières s'effectuera par un mélange des genres que la Gazette affectionne particulièrement en suivant une gradation du "bon"père au père tyrannique.

Nous débuterons aujourd'hui par la première figure, si vous le voulez bien.

Le père biologique

Découvrons un extrait d'une nouvelle de Maupassant qui traite de l'affection d'un père pour son fils.

Précisons le propos :

Après avoir séduit une jeune fille qu'il a abandonnée enceinte, François Tessier découvre au détour d'un parc son ancienne maîtresse avec... son fils.

L'émotion est immense pour cet homme qui se sent prêt à tout pour ce petit être.

Une soudaine prise de conscience qui n'est pas du goût de tous...

Son fils

« Il la regardait de loin, n'osant pas approcher. Le petit garçon leva la tête. François Tessier se sentit trembler. C'était son fils, sans doute. Et il le considéra, et il crut se reconnaître lui-même tel qu'il était sur une photographie faite autrefois.
Et il demeura caché derrière un arbre, attendant qu'elle s'en allât, pour la suivre.
Il n'en dormit pas la nuit suivante. L'idée de l'enfant surtout le harcelait. Son fils! Oh! s'il avait pu savoir, être sûr ? Mais qu'aurait-il fait?
Il avait vu sa maison; il s'informa. Il apprit qu'elle avait été épousée par un voisin, un honnête homme de moeurs graves, touché par sa détresse. Cet homme, sachant la faute et la pardonnant, avait même reconnu l'enfant, son enfant à lui, François Tessier.
Il revint au parc Monceau chaque dimanche. Chaque dimanche il la voyait, et chaque fois une envie folle, irrésistible, I'envahissait, de prendre son fils dans ses bras, de le couvrir de baisers, de l'emporter, de le voler.
Il souffrait affreusement dans son isolement misérable de vieux garçon sans affections; il souffrait une torture atroce, déchiré par une tendresse paternelle faite de remords, d'envie, de jalousie, et de ce besoin d'aimer ses petits que la nature a mis aux entrailles des êtres.
Il voulut enfin faire une tentative désespérée et, s'approchant d'elle, un jour, comme elle entrait au parc, il lui dit, planté au milieu du chemin, livide les lèvres secouées de frissons:
- Vous ne me reconnaissez pas?
Elle leva les yeux, le regarda, poussa un cri d'effroi, un cri d'horreur, et, saisissant par les mains ses deux enfants, elle s'enfuit, en les traînant derrière elle.
Il rentra chez lui pour pleurer.
Des mois encore passèrent. Il ne la voyait plus. Mais il souffrait jour et nuit, rongé, dévoré par sa tendresse de père.
Pour embrasser son fils, il serait mort, il aurait tué, il aurait accompli toutes les besognes, bravé tous les dangers, tenté toutes les audaces. »

Le père, Maupassant

http://clicnet.swarthmore.edu/litterature/classique/maupassant/pere.html

repère à suivre : le père que l'on découvre ( Alain-Fournier)

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Yves 22/07/2010 15:44



Et bien on dit qu'il est pas évident de montrer son affection. comme j'aurais aimé avoir un père comme ça ! Cela dit c'est un extrait du livre...
Jean-Yves



Litteratus 01/08/2010 18:49



Tu as raison, c'est un père à l'affection à retardement...



lizagrèce 04/06/2010 13:21



Je pense qu'il ne s'agisssait pas seuement de  pudeur  mais du fait que l'amour filial était  d'abord, avant tout et obligatoirement , celui des mères.



Litteratus 04/06/2010 16:03



Tu as comme habitude raison...



Pascal 03/06/2010 22:23



Ah les pères ... A+ Lit


PS : ç marrant, moi j'édite 2 fois moins et toi 2 fois plus !



Litteratus 04/06/2010 16:01



c'est le principe des vases communicants...



Prioul Serge 03/06/2010 19:06



Je n'avais pas compris le système du lien pour lire la fin. Merci d'avoir pensé à cela. Mais je vais tout de même d'abord aller voir si je trouve la nouvelle dans ma bibliothèque. l'attachement
au livre, que voulez-vous !



Litteratus 03/06/2010 20:50



L'attachement au livre sera un sujet d'étude à la Gazette... mais le numérique a aussi du bon !



ASP 03/06/2010 16:33



Les mystères de la naissance du sentiment paternel ... Contrairement aux petites filles qui naissent avec un instinct maternel, le sentiment paternel ne me semble pas inné. mais peut-être que je
me trompe . En tous les cas, dans cet extrait, de fils et il est soudain devenu père à son tour. Comment gérer ce sentiment rattaché à celui de la famille ? C'est à la fois troublant, beau et
oserais-je dire violent ?



Litteratus 03/06/2010 20:48



Il n'a pas eu le temps de la gestation pour se préparer...