Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le thème de l'humour dans "Le Bougre et le Génie" (Allais)

Le thème du divertissement dans la littérature s'amuse de nos destinées humaines, nos zones d'ombres comme Alphonse Allais s'en moque dans son conte du Pauvre Bougre et du Génie.

destinée humaine, thème, humour, livres, allais, bougre et le génie

Repère: le thème de l'humour

Dans l'article précédent, nous avons vu le ressort comique de la mesquinerie humaine, embrassons aujourd'hui la destinée humaine.

Destinée

La destinée humaine ? Un vaste sujet aux zones d'ombre innombrables. Devant tant d'incertitudes, il est loisible à l'être humain d'en rire le plus souvent pour éviter d'avoir à en pleurer...

Le conte en tant que genre littéraire peut receler à cet égard des trésors d'humour.

Alphonse Allais

Alphonse Allais est un journaliste, écrivain et humoriste français de la fin du XIXe.

C'est un auteur que la Gazette aime bien vous proposer .

Il a ainsi agrémenté les pages suivantes :

Découvrez l'histoire édifiante du Pauvre Bougre et du Génie.

Dans ce conte plein d'humour, un pauvre homme rencontre un soir de disette un étranger, un être fantastique, un génie. Il l'interroge sur ce qui pourrait le rendre heureux. Devant sa réponse, le mauvais génie lui propose de subvenir à ses besoins toute sa vie.

Lorsque l'envie écourte nos jours...

***

« Il y avait une fois un pauvre Bougre... Tout ce qu'il y avait de plus calamiteux en fait de pauvre Bougre.

Sans relâche ni trêve, la guigne, une guigne affreusement verdâtre, s'était acharnée sur lui, une de ces guignes comme on n'en compte pas trois dans le siècle le plus fertile en guignes.

Ce matin-là, il avait réuni les sommes éparses dans les poches de son gilet.

Le tout constituait un capital de 1 franc 90 (un franc quatre-vingt-dix).

C'était la vie aujourd'hui. Mais demain ? Pauvre Bougre ! (...)

Toute la journée du pauvre Bougre se passa en chasses folles, en escaliers mille fois montés et descendus, en anti-chambres longuement hantées, en courses qui n'en finiront jamais. En tout cela pour pas le moindre résultat.

Pauvre Bougre !

Afin d'économiser son temps et son argent, il n'avait pas déjeuné !

(Ne vous apitoyez pas, c'était son habitude).

Sur les six heures, n'en pouvant plus, le pauvre Bougre s'affala devant un guéridon de mastroquet* des boulevards extérieurs.

Un bon caboulot qu'il connaissait bien, où pour quatre sous on a la meilleure absinthe du quartier.

Pour quatre sous, pouvoir se coller un peu de paradis dans la peau, comme disait feu Scribe, ô joie pour les pauvres Bougres !

Le nôtre avait à peine trempé ses lèvres dans le béatifiant liquide, qu'un étranger vint s'asseoir à la table voisine.

Le nouveau venu, d'une beauté surhumaine, contemplait avec une bienveillance infinie le pauvre Bougre en train d'engourdir sa peine à petites gorgées.

- Tu ne parais pas heureux, pauvre Bougre ? fit l'étranger d'une voix si douce qu'elle semblait une musique d'anges.

- Oh non... pas des tas !

- Tu me plais beaucoup, pauvre Bougre, et je veux faire ta félicité. Je suis un bon Génie. Parle ... Que te faut-il pour être parfaitement heureux ?

- Je ne souhaiterais qu'une chose, bon Génie, c'est d'être assuré d'avoir cent sous par jour jusqu'à la fin de mon existence.

- Tu n'es vraiment pas exigeant, pauvre Bougre ! Aussi ton souhait va-t-il être immédiatement exaucé.

Être assuré de cent sous par jour ! Le pauvre Bougre rayonnait.

Le bon Génie continua :

- Seulement, comme j'ai autre chose à faire que de t'apporter tes cent sous tous les matins et que je connais le compte exact de ton existence, je vais te donner tout ça ... en bloc.

Tout ça en bloc !

Apercevez-vous d'ici la tête du pauvre Bougre !

Tout ça en bloc !

Non seulement il était assuré de cent sous par jour, mais dès maintenant il allait toucher tout ça ... en bloc !

Le bon Génie avait terminé son calcul mental.

- Tiens, voilà ton compte, pauvre Bougre !

Et il allongea sur la table 7 francs 50 (sept francs cinquante).

Le pauvre Bougre, à son tour, calcula le laps que représentait cette somme.

Un jour et demi !

N'avoir plus qu'un jour et demi à vivre ! Pauvre Bougre !

- Bah ! murmura-t-il, j'en ai vu bien d'autres !

Et, prenant gaîment son parti, il alla manger ses 7 francs 50 avec des danseuses. »

 Alphonse Allais, À l'œil, Le pauvre Bougre et le bon génie. Wikisource.

* mastroquet : café
 

repère à suivre : la paresse humaine

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être Les variations du temps (VI) : le temps des réalités (Charles Perrault)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cat 10/11/2009 09:53


Le comble du cynisme!


LITTERATUS 10/11/2009 15:19


de l'humour noir !


Théo 08/11/2009 17:59


Il faut se méfier du capital ! J'ai toujours préféré les rentes...


LITTERATUS 08/11/2009 18:02


à transmettre à ceux qui veulent convertir la rente en capital !


Nath 08/11/2009 13:07


Je reste avec mes souhaits ! c'est plus sûr !


LITTERATUS 08/11/2009 18:01


Je ne sais pas si c'est plus sûr,  l'ignorance peut paraître réconfortante !


lizagrèce 07/11/2009 17:09


Tout à fait ! J'ai joué beaucoup de monologues.. j'aimais bien ...


LITTERATUS 08/11/2009 18:00


Parlons au présent !


lizagrèce 07/11/2009 14:01


Je faisais "tout en un" ... Conteur et Pauvre Bougre ...


LITTERATUS 07/11/2009 15:07


un one man show  en somme !