Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

La confusion ultime (Genêt)

La confusion ultime (Genêt)

 

Le jeu de rôle ultime

(Repères : thème de la fratrie : l'étude)

Dans l'article précédent, il a été indiqué que deux sœurs, employées de maison, se livrent à de véritables rituels tendant -durant son absence- à l'assassinat symbolique de leur maîtresse. Derrière cette haine affichée à l'égard de Madame, se cache également une relation complexe et confuse entre les bonnes : un malaise identitaire. Elles ont mis au point un stratagème visant à mettre l'amant de leur maîtresse en prison. Mais ce dernier est relâché. Devant la peur d'être découvertes, elles envisagent d'empoisonner leur maîtresse.

***

Ce projet ne connaît pas le succès escompté. Trop heureuse de rejoindre son amant libéré, Madame quitte sa maison sans boire l'infusion empoisonnée.

Restent les deux bonnes, dépitées, pleines de ressentiment l'une à l'égard de l'autre.

La menace d'être percées à jour leur fait envisager la fuite. « (...) Ils sauront tout ! Tout ! Tu n'as pas vu comme elle étincelait ! Sa démarche dans l'escalier ! Sa démarche victorieuse ! Son bonheur atroce ? Toute sa joie sera faite de notre honte. (...) » (page 96).

On assiste alors à la reprise du même jeu de rôle que celui du début de la pièce, telle une catharsis.

Claire jouant le rôle de Madame accepte de boire le gardénal et déclare à sa sœur : « tu seras seule pour vivre nos deux existences » (page 111).

La confusion est parachevée...

 

Repères : thème de la fratrie : la synthèse

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lizagrèce 29/05/2012 23:03


Je ne sais pas en quoi tu vois de la confusion dans cette pièce. Certes Genêt l'a construite de manière à ce que le spectateur soit désorienté au prime abord, mais c'est tout.

Litteratus 01/06/2012 16:23



Ce que j'appelle "confusion" vient de ces jeux de miroir,  de ces jeux de rôle incessants qui les conduisent à l'autodestruction. Claire empoisonnée peut pleinement être portée par sa sœur :
l'inceste est ainsi parachevé. L'aliénation sera toujours là : « tu seras seule pour vivre nos
deux existences »



flora 23/05/2012 12:50


Il faut absolument que je trouve du temps pour lire votre sujet: c'est aussi un peu le thème de ma pièce qui va être lue / jouée mi-juin:"Pépites d'or et vieille lavande" 

Litteratus 23/05/2012 22:00



Donnez-nous plus de précisions sur votre pièce dont l'intitulé m'intrigue...