Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

La chaleur d'un commerce bien tenu (Goncourt)

 

4806306413_e68c738bde.jpg

Repères : le thème du commerce dans la littérature

La douceur de la crèmerie de la Mère Jupillon 

Après le commerce froid tenu par M. Scrooge, découvrons celui où il fait bon d'être.

Vous voici dans la crèmerie de la Mère Jupillon : il y fait chaud, on y prend son temps, où l'on y discute de ce qui se déroule dans le quartier : la gazette crémière !

Une autre façon de faire du commerce !

***

"Vers ce temps, au bout de la rue, une petite crémerie sans affaires changeait de propriétaire, à la suite de la vente du fonds par autorité de justice. La boutique était restaurée. On la repeignait. Les vitres de la devanture s’ornaient d’inscriptions en lettres jaunes. Des pyramides de chocolat de la Compagnie coloniale, des bols de café à fleurs, espacés de petits verres à liqueur, garnissaient les planches de l’étalage. À la porte brillait l’enseigne d’un pot au lait de cuivre coupé par le milieu.

La femme qui essayait de remonter ainsi la maison, la nouvelle crémière, était une personne d’une cinquantaine d’années, débordante d’embonpoint et gardant encore quelques restes de beauté à demi submergés sous sa graisse. On disait dans le quartier qu’elle s’était établie avec l’argent d’un vieux monsieur qu’elle avait servi jusqu’à sa mort dans son pays, près de Langres ; car il se trouvait qu’elle était payse de Germinie, non du même village, mais d’un petit endroit à côté ; et sans s’être jamais rencontrées ni vues là-bas, elle et la bonne de mademoiselle se connaissaient de nom, et avaient le rapprochement de connaissances communes, de souvenirs des mêmes lieux. La grosse femme était complimenteuse, doucereuse, caressante. Elle disait : Ma belle, tout le monde, faisait la petite voix, et jouait l’enfant avec la langueur dolente des personnes corpulentes. Elle détestait les gros mots, rougissait, s’effarouchait pour un rien. Elle adorait les secrets, tournait tout en confidence, faisait des histoires, parlait toujours l’oreille. Sa vie se passait à bavarder et à gémir. Elle plaignait les autres, elle se plaignait elle-même ; elle se lamentait sur ses malheurs, et sur son estomac. Quand elle avait trop mangé, elle disait dramatiquement : Je vais mourir. Et rien n’était aussi pathétique que ses indigestions. C’était une nature perpétuellement attendrie et larmoyante : elle pleurait indistinctement pour un cheval battu, pour quelqu’un qui était mort, pour du lait qui avait tourné. Elle pleurait sur les faits divers des journaux, elle pleurait en voyant passer des passants.

Germinie fut bien vite séduite et apitoyée par cette crémière câline, bavarde, toujours émue, appelant à elle l’expansion des autres et paraissant si tendre. Au bout de trois mois, presque rien n’entrait chez mademoiselle qui ne vînt de chez la mère Jupillon. Germinie s’y fournissait de tout ou à peu près. Elle passait des heures dans la boutique. Une fois là, elle avait peine à s’en aller, elle restait et ne pouvait se lever. Une lâcheté machinale la retenait. Sur la porte, elle causait encore, pour n’être pas encore partie. Elle se sentait attachée chez la crémière par l’invisible charme des endroits où l’on revient sans cesse et qui finissent par vous étreindre comme des choses qui vous aimeraient. Et puis la boutique, pour elle, c’étaient les trois chiens, les trois vilains chiens de Mlle Jupillon ; elle les avait toujours sur les genoux, elle les grondait, elle les embrassait, elle leur parlait ; et quand elle avait chaud de leur chaleur, il lui passait dans le bas du cœur les contentements d’une bête qui se frotte à ses petits. La boutique, c’était encore pour elle toutes les histoires du quartier, le rendez-vous des cancans, la nouvelle du billet non payé par celle-ci, de la voiture de fleurs apportée à celle-là, un endroit à l’affût de tout, et où tout entrait, jusqu’au peignoir de dentelle allant en ville sur le bras d’une bonne. "

Germinie Lacerteux, Edmond et Jules Goncourt

http://fr.wikisource.org/wiki/Germinie_Lacerteux/VII

 

Repères à suivre : le thème du commerce dans la littérature : la rôtisserie des poètes

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

lizagrèce 08/04/2012 21:26


Bientôt les descriptions des crèmeries et des crèmières seront très précieux, car c'est un petit commerce qui risque d'être en voie de disparition .


http://maisondeliza.over-blog.fr

Litteratus 11/04/2012 19:07



Le nom de ce commerce est déjà devenu obsolète...