Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

La "Belle noiseuse" inachevée par son auteur (Balzac)

3069406890_c3dbebca80.jpg

 

Repères : le thème de l'Art / l'étude (Balzac-Houellebecq)

               


Dans l'article précédent consacré à la nouvelle de Balzac, le chef d'œuvre inconnu, il a été présenté Maître Frenhofer, vieil artiste peintre qui cache à la vue de tous un mystérieux tableau...


***

Malgré les demandes répétées, l'artiste refuse d'exposer son œuvre aux regards de ses visiteurs. Son comportement face à cette création est pour le moins étrange. Pourtant, il n'y a nulle trace d'orgueil mal placé chez Maître Frenhofer.

 

Quelque chose d'étonnant point dans son regard. Il s'emballe en effet à l'évocation de sa toile cachée, il éprouve aussi une émotion teintée de fierté et d'amour. Il entretient avec sa peinture une étrange relation au point de la considérer comme sa maîtresse. Il en parle curieusement comme d'un être de chair et de sang :

« Montrer mon œuvre, s'écria le vieillard tout ému. Non, non, je dois la perfectionner encore. Hier, vers le soir, dit-il, j'ai cru avoir fini. Ses yeux me semblaient humides, sa chair était agitée. Les tresses de ses cheveux remuaient. Elle respirait ! »


Depuis dix ans, sa courtisane, sa Catherine Lescault, autrement appelée la « Belle Noiseuse » occupe tout l'esprit et le cœur de notre artiste qui reste plongé dans des rêveries profondes à l'évocation de cette création qui l'obsède littéralement :


« Ainsi, pour l'enthousiaste Poussin, ce vieillard était devenu, par une transfiguration subite, l'Art lui-même, l'Art avec ses secrets, ses fougues et ses rêveries. »

 

Mais la raison qui l'empêche de montrer son tableau est d'une banalité déconcertante : c'est qu'il n'est pas fini.

Comment cet artiste génial peut-il être aussi laborieux ?

 

Il existe en fait un obstacle majeur à la terminaison de la toile. Mais de quelle nature ?  

 

Repères à suivre :  étude : la recherche d'un idéal de beauté

                              

                                

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

lizagrèce 18/11/2011 22:16


"la Belle Noiseuse" ... ce fut également un très beau flm avec Emmanuelle Béart

Litteratus 19/11/2011 19:55



Je me souviens très bien de ce film de Jacques Rivette ...



flora 18/11/2011 16:29


En effet, c'est un moment mystérieux et ambiguë de pouvoir dire: "c'est terminé" et d'abandonner l'oeuvre à son sort... Un pas difficile à franchir, en écriture comme en
peinture.

Litteratus 18/11/2011 20:08



Frenhoffer n'est pas prêt à se détacher de cette œuvre qu'il aime par-dessus tout.