Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

L'océan dans la main (Bouilhet)

 

261594492_214fb2f050.jpg

Repères à suivre   : hors-série de l'été sur  les quatre éléments

                                       -  thème de l'eau


Dans la même perspective que celle qui nous conduit instinctivement à écouter le bruit des flots, la mer recèle  bien des mystères.

C'est le sens du poème de Louis Bouilhet nous invitant à considérer que dans un galet, nous avons tout l'océan ...dans la main.

Après cette lecture, nous ne ramasserons plus jamais, au gré de nos promenades, un galet avec autant de désinvolture...


***

 

Le Galet

 

Rond, luisant et poli sous la vague marine,

Océan, je l'ai pris parmi tes flots amers,

Ce caillou blanc avec sa frange purpurine,

comme un bijou tombé du vaste écrin des mers.

 

Mille ans, il a roulé sur le bord de cette onde,

Les flots jaloux, mille ans, l'ont ramené vers toi ;

Et peut-être, Océan, sous ta houle profonde,

Tu ne l'avais poli que pour qu'il vînt à moi !

 

Je l'ai pris, ruisselant d'une écume embaumée

(Tel un avare prend un trésor), et joyeux,

O mer, je l'emporterai loin de ta rive aimée,

Comme un gage d'ami qui nous fait ses adieux.

 

Et depuis, quand parfois je le contemple encore,

Frémissant, éperdu, je crois tenir soudain

Avec ses bruits, ses flots et sa trompe sonore,

Tout le grand Océan dans le fond de ma main.

 

Festons et Astragales (1859) Louis Bouilhet

 

  Repères à suivre   : hors-série de l'été sur  les quatre éléments

                                       -  thème de l'eau

                                          -  la valeur de l'eau (Reclus)

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

lizagrèce 10/07/2011 10:32



Plus poli au le galet : on ne trouve pas !


http://maisondeliza.over-blog.fr



Litteratus 22/07/2011 21:35



Tout l'océan dans un tout petit galet...



Cristofol Michel 09/07/2011 14:19



Le choix d'un très beau poème qui n'est pas sans évoquer pour moi, tout comme l'épisode de la fameuse madeleine de Proust, des souvenirs d'enfance : qui n'a jamais porté à son oreille, étant tout
jeune enfant, l'un de ces gros coquillages, ramenés de je ne sais où, en forme plus ou moins de corne d'abondance, appelé nautile, de la famille des mollusques, où l'on croyait entendre la mer ?
Toute la mer ou tout l'océan contenus ou retrouvés dans un coquillage ou dans un galet, n'est-ce point merveilleux ?



Litteratus 22/07/2011 21:33



Prenons en effet le temps de repenser à ces gestes de l'enfance si proche d'une réalité pourtant...



lyly 09/07/2011 09:11



Bonjour L


Nous avons davantage tendance à avoir cette vision des choses pour les coquillages que nous avons plaisir à emporter mais plus rarement, d'où l'originalité de ce poème, pour les galets


Très joli partage encore !


Bon weekend, bises, Lyly  



Litteratus 22/07/2011 21:32



Un poème que j'ai découvert au gré de mes pérégrinations...