Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Publié par Litteratus

 

L’obtention d’un diplôme : la question de la maturité (Pouchkine)

 

Portrait d’un lycéen immature (Pouchkine)

Repères : thème des examens : la maturité d’un lycéen

Qu’est-ce donc qu’un diplôme ?

Nous avons vu dans la première partie de notre numéro les astuces pour réviser utilement avant les examens. Découvrons aujourd’hui et, dans cette deuxième partie, la question de l’obtention du diplôme. Qu’est-ce donc qu’un diplôme ? Définissons-le pour une fois par l’attrait qu’il suscite. Avant l’obtention du précieux papier, il prend la forme d’un curieux objet de désir qui nous pousse à donner le meilleur de nous-mêmes. Une fois obtenu, il perd souvent un peu de sa sacralité…

La maturité de Pouchkine

Dans tous les cas, l’obtention de ce précieux sésame exige la parfaite compréhension de ce qui est attendu par les examinateurs d’une part et d’autre part, une véritable adéquation entre les moyens déployés par le candidat et le but recherché. Pour parler plus simplement, il implique une bonne dose de maturité. La maturité de l’élève se combine avec la lente maturation dans son esprit de la matière révisée.

Or, on sait qu’il n’y a pas d’égalité devant la nature et que la maturité de l’un n’est pas équivalente à celle de l’autre. Chacun suit son chemin.

Il vous est proposé de découvrir l’autoportrait d’un immense auteur russe, Pouchkine, à l’époque où il était lycéen : vous serez surpris par les préoccupations du jeune homme qui ne pense qu’à s’amuser et qui s’ennuie profondément au lycée.  Rien n’est donc nouveau sous le soleil !

Si certains se désespèrent de l’immaturité de leur proche, il existe un remède efficace : pensons à Pouchkine !

 

***

Vous me demandez mon portrait,
Mais peint d'après nature :
Mon cher, il sera bientôt fait
Quoiqu'en miniature.

Je suis un jeune polisson
Encore dans les classes ;
Point sot, je le dis sans façon
Et sans fades grimaces.

Oui, il ne fut babillard,
Ni docteur en Sorbonne,
Plus ennuyeux et plus braillard
Que moi-même en personne.

Ma taille à celle des plus longs
Las ! n'est point égalée ;
J'ai le teint frais, les cheveux blonds
Et la tête bouclée.

J'aime et le monde et son fracas,
Je hais la solitude ;
J'abhorre et noises et débats
Et tant soit peu l'étude.

Spectacles, bals me plaisent fort,
Et d'après ma pensée
Je dirais ce que j'aime encore
Si je n'étais au Lycée.

Après cela, mon cher ami,
L'on peut me reconnaître ;
Oui, tel que le bon Dieu me fit,
Je veux toujours paraître.

Vrai démon pour l'espièglerie,
Vrai singe pour la mine,
Beaucoup et trop d'étourderie,
Ma foi, voilà Pouchkine.

1814

Mon portrait, Pouckine 

http://fr.wikisource.org/wiki/Mon_portrait 

 

Repères à suivre : thème des révisions : le refus de se présenter : Tchekhov

 

 

Commenter cet article