Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

L'indifférence au sort des indiens (M. de Kerangal)

 

2343620754_69b0828500.jpg

 

Repères : thème du pont : l'étude

Dans l'article précédent, il a été précisé que différents obstacles ont compromis l'avancement des travaux de construction. Il reste que le sort réservé aux populations indiennes n'émeut personne.

***

Coca, « pays de bricole »

Les indiens attachés à leurs traditions sont également menacés directement par la construction du pont. Après avoir été considérés longtemps comme des sauvages, ils ont fini par se rapprocher de la civilisation occidentale sans en tirer de grands bénéfices. Le progrès moderne pour Coca, « pays de bricole » (page 182), ne fait pas de cadeaux aux autochtones : « (…) empâtés, reclus dans les vapeurs d'alcool à brûler, chiquant du tabac pourri du matin au soir et arnaqués par les gosses (...) »(page 179). Les oubliés de l'Histoire. La forêt, lieu de leurs cultes, ne connaîtra plus de paix avec le trafic gigantesque généré par le nouveau pont. Ce nouvel espace détruit un peu plus la culture indienne dont la cause ne trouve plus de défenseur puissant pour se faire entendre...

 

Une rixe sur le chantier

Seul un homme, Jacob, sent la catastrophe imminente peser sur ces populations fragilisées. Fougueux, il n'hésite pas à se rendre sur le chantier pour s'expliquer avec le responsable du chantier. Diderot se trouve alors contraint de se battre avec cet inconnu qui l'insulte et finit par le blesser avec un couteau. Le chef de chantier chancelle et tombe ; notre homme est bel et bien sonné :

« Trois minutes ont passé depuis la fin de l'empoignade et Diderot perd du sang, sa chemise a viré zinzoline à hauteur du ventre, elle dégoutte écarlate dans la flaque, sans qu'il cherche à s'extraire de la boue, sans qu'il fasse un mouvement, détendu maintenant, apaisé, et sa conscience qui flotte dans les mâchures indistinctes du ciel, rapatrie de grosses cloches au-dessus de son front qui sonnent à toute volée : « salaud, salaud !» (page 120)

Cette insulte qui résonnera longtemps dans sa tête marque l'amorce d'une prise de conscience ; mais à ce stade du livre, l'essentiel pour lui se résume à l'avancement du pont.

 

Repères à suivre : l'étude : Les travaux de construction

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article