Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

"L'homme est un loup pour l'homme" (Hobbes)

L'état de nature pour Hobbes est un état de guerre de tous contre tous. Il établit un lien entre l'homme et le loup, parallèle saisissant, indépassable si l'on doit parler du rapport des hommes entre eux dans leur aspect le plus tragique.

 

l'homme est un loup pour l'hommes, Hobbes, nature, autre, thème

 

Repères : thème de l'autre : l'un et l'autre

Dans l'article précédent, il a été question de découvrir le détail du numéro consacré au thème de l'Autre dans la littérature. Il vous est proposé d'en voir aujourd'hui une présentation au travers d'illustrations célèbres puisées dans le répertoire classique.

Illustration

Nous débutons aujourd'hui avec un philosophe anglais du XVIIe siècle, Hobbes. 

Célèbre pour son œuvre immense, Léviathan, il est un des théoricien de la nature de l'homme avant de développer la fameuse théorie du contrat social reprise par Rousseau au siècle suivant.

Quelle est donc cette vision de l'homme qu'il exprime ? Une vision forte et tranchante selon laquelle l'homme, loin d'être bon par nature, est animé au contraire d'un désir permanent qu'il cherche à assouvir par tous les moyens.

Hobbes

Ainsi, l’état de nature pour Hobbes est un état de guerre de tous contre tous. Il le décrit de cette manière : ” Il règne une peur permanente, un danger de mort violente. La vie humaine est solitaire, misérable, dangereuse, animale et brève. »

Loup

Il établit un lien entre l'homme et le loup, parallèle saisissant, indépassable si l'on doit parler du rapport des hommes entre eux dans leur aspect le plus tragique. Retrouvez littéralement ce qu'il dit sur ce sujet dans son autre œuvre connue, le Citoyen.

Relisez la célèbre citation de Hobbes dans son contexte qui fait le parallèle entre l'homme et le loup. Dans ce contexte, il développera sa théorie du contrat social qui permet de remettre entre les mains d'un souverain sa liberté en échange de la paix.

Citoyen

« De sorte que Pontius Telesinus n'avait pas moins de raison lorsque dans le combat qui se fit à la porte colline contre Sylla, il s'écria passant au travers des rangs de ses soldats, qu'il fallait démolir la ville de Rome, parce qu'on trouverait toujours des loups ravissants qui envahiraient la liberté de l'Italie, si l’on n'abattait la forêt où ils avaient coutume de se retirer. Et certainement il est également vrai, et qu'un homme est un dieu à un autre homme, et qu'un homme est aussi un loup à un autre homme.(...)

Et ici, les désordres des méchants contraignent ceux mêmes qui sont les meilleurs de recourir, par le droit d'une légitime défense, à la force et à la tromperie, qui sont les vertus de la guerre, c'est-à-dire à la rapacité des bêtes farouches; laquelle, quoique les hommes, par une coutume qui est née avec eux, se l'imputent mutuellement à outrage, se représentant leurs actions dans la personne des autres ainsi que dans un miroir où les choses qui sont à la main gauche paraissent à la droite, et celles qui sont à la droite, à la gauche, n'est pas toutefois condamnée comme un vice par ce droit naturel qui dérive de la nécessité de sa propre conservation. »

Épître dédicatoire à monseigneur le comte de Devonshire, Thomas Hobbes (1642), le Citoyen ou les fondements de la politique. (traduction Sorbière)

 repère à suivre : L'Autre pour Montesquieu

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Yves 16/04/2010 14:59



Il n'y a donc rien de nouveau dans la nature de l'homme !
Jean-Yves



LITTERATUS 16/04/2010 18:41



J'en ai bien peur !



flora 06/04/2010 09:41



Je m'irrite souvent contre la comparaison entre les bêtes et les humains, à la faveur tantôt des uns, tantôt des autres : pour moi, la vérité et plus nuancée et la comparaison n'est que
métaphore littéraire... Les bêtes ne se dévorent que pour se nourrir et rarement entre congénères et quant à l'homme, il a la civilisation pour s'humaniser et je n'en désespère pas! 


Ceci dit, c'est un grand texte, superbement écrit! 



LITTERATUS 07/04/2010 08:23



La simple comparaison est en effet souvent réductrice.


L'emploi de la métaphore du loup ici se comprend uniquement par le fait que la question de l'époque était de savoir comment est l'état de nature avant de parvenir à définir l'état de la société.



Pascal 05/04/2010 14:45



« (...) ayant lu à loisir le dernier écrit de l’Anglois, (...) je me trompe fort, si ce n’est un homme qui cherche d’acquérir de la réputation à mes dépens, et par de mauvaises
pratiques. » Descartes



LITTERATUS 07/04/2010 08:17



Il fait toujours se méfier de l'anglois...!



lizagrèce 05/04/2010 13:29



Que l'homme ne soit pas intrinséquement bon cela ne fait aucun doute, et ce que pérfèrent les hommes-loups c'est transformer les autres hommes en mouton. pour mieux les manger sans doute .



LITTERATUS 05/04/2010 13:40



l'attrait de la chair tendre...