Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

L'homme de l'omnibus de Clapham (1)

photos-1274.jpg

  Repères : thème du langage

                     - le feuilleton

 

En cette fin de journée du 9 janvier 1903, l'omnibus de Clapham tiré par deux chevaux, habitués l'un à l'autre et à leur jeune cocher, avait achevé son périple quotidien de dix miles entre le centre de Londres et la bourgade de Clapham, située au sud de la Tamise. Ce parcours effectué la plus grande partie au trot permettait de transporter une trentaine de personnes aux revenus modestes entre les deux points de la ligne créée depuis plus d'une cinquantaine d'années, tandis que les plus aisés choisissaient plus commodément le fiacre lorsque ce n'était pas, pour la population la plus fortunée, son propre équipage ou son automobile.

 

Anciennement constitué de marais assainis par des travaux titanesques réalisés en 1760, le bourg de Clapham avait vu arriver dès la fin du 18ème siècle et le début du siècle suivant de riches marchands et de grands notables londoniens venus résider dans de splendides demeures. Ces dernières, nouvellement édifiées, dominaient une étendue de plus de deux cent vingt acres de terre vierge. Il n'était pas loin le temps où la magnifique demeure de Broomfield House appartenant à William Willberforce en imposait. La colonnade donnait à sa demeure un aspect impressionnant qui seyait à ce personnage emblématique. Ce parlementaire obstiné proposa durant vingt ans -à même date- son projet de loi visant à abolir l'esclavage dans les colonies avant d'y parvenir... enfin.

C'est ainsi qu'un parfum de mode avait rapidement soufflé, poussant une population très aisée à quitter l'air particulièrement vicié du centre ville de Londres pour venir respirer l'atmosphère pur de la campagne avec ses champs de lavande. Un lieu de villégiature plein d’aménités pour ceux qui en avaient les moyens ; ces nouveaux habitants n'étaient pas venus seuls, ils avaient amené dans leurs bagages une population brassée, composée de domestiques et de commerçants exerçant tous les corps de métier.


Cependant les choses avaient évolué depuis l'arrivée du chemin de fer à la gare de Nine Elms à Vauxall, terminus de la ligne Londres-Southampton en 1838 et l'ouverture d'une seconde ligne en 1863 à Clapham Junction vers Victoria. Ces deux lignes concurrentes choisirent par la suite de s'associer pour relier entre elles la ligne London-Brighton-Côte Sud d'une part, et, d'autre part, la ligne d'extension de l'Ouest de Londres. C'est dans ces conditions que le réseau ferroviaire nouvellement raccordé avait permis le déplacement de la population fortunée de Clapham vers des contrées plus ensoleillées où les embruns, devenus à la mode, étaient tenus pour avoir des bénéfices inestimables sur la santé. Les lieux de séjour en bord de mer démodèrent progressivement le bourg de Clapham, abandonné à une population plus modeste. Mais on percevait bien que l'essor de la commune n'était pas achevé. On s'attendait à l'arrivée du métropolitain dans les prochaines années.


Et cette information ne pouvait pas être ignorée par le jeune cocher de l'omnibus de Clapham, William Smith, qui se voyait seriné tous les jours par son employeur que son activité de transport avait ses jours comptés. Mais en cette fin de journée, le jeune garçon âgé de vingt-six ans, blond aux yeux bleu-gris, de taille moyenne mais à la stature incroyablement massive avec ses muscles des avant-bras particulièrement développés, était heureux d'achever son travail. C'est qu'il connaissait bien son métier depuis les huit dernières années passées à exécuter ces gestes d'une infinie précision : une besogne qui nécessitait autant de force que de rigueur. Un métier auquel William Smith s'était accoutumé, au fil du temps, car cet emploi présentait l'avantage de lui laisser du temps pour penser à un autre projet qui avait germé dans son cerveau, de manière totalement inopinée...(à suivre)

 

                                                            M. Aragnieux

 

Repères à suivre : thème du langage

                                - le feuilleton :  l'homme de l'omnibus de Clapham (2)

 

Vous aimerez peut-être les autres feuilletons de la Gazette....

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article