Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

L'expérimentation de la faim et de la soif dans les Nourritures Terrestres d'André Gide

Repères : thème de la nourriture : l'étude

L'épreuve de la faim et de la soif

Dans l'article précédent, il a été précisé l'entreprise de libération du corps et de l'esprit menée par le narrateur dans l'œuvre d'André Gide, les Nourritures terrestres.

L'exaltation du corps et de l'esprit, thème récurrent du livre, s'éprouve par l'épreuve de la faim et de la soif.

L'ouverture du livre II révèle la variété des formes de nourriture :

« Nourritures !

Je m'attends à vous, nourritures !

Ma faim ne se posera pas à mi-route;

Elle ne se taira que satisfaite;

Des morales n'en sauraient venir à bout

Et des privations je n'ai jamais pu nourrir que mon âme.

Satisfactions ! Je vous cherche.

Vous êtes belles comme les aurores d'été. » (livre II, page 39)

 

La volupté

De véritables hymnes à la volupté sont dressés. Il s'agit avant tout de faire surgir le désir des choses accessibles, d'ici-bas.  Il été rapporté au cours d'un banquet plusieurs odes à la nourriture notamment la ronde de la grenade, véritable éloge des fruits (livre 4-3ème partie) qui se prolonge dans la ronde de mes désirs :

« Nos désirs ont déjà traversé bien des mondes ;

Ils ne sont jamais rassasiés.

Et la nature entière se tourmente,

Entre soif de repos et soif de volupté » (livre 4-4ème partie, page 88)

Repères à suivre : l'étude : l'ivresse

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lizagrèce 18/06/2011 23:07



Le lanagage amoureux ets souvent émaillé de vocabulaire empruntées à  la nourrtire : faim, soif, partage, dévorer, manger .... etc ...


L'amour serait-il anthropophage ?



Litteratus 19/06/2011 13:15



Dévorant le plus souvent...



flora 18/06/2011 17:34



Entre nourriture terrestres et intellectuelles, spirituelles, morales, la même soif d'être rassasié...



Litteratus 18/06/2011 19:46



Mais en a-t-on toujours conscience ! Ne se laisse-t-on pas vivre le plus souvent ?