Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

L'exercice du pouvoir par un philosophe-roi (Platon)

Repères : thème du pouvoir : représentation dans la littérature

thème du pouvoir et la littérature

 

 Si le gouvernement des affaires humaines exige des personnes compétentes pour les conduire, quelle personne serait plus habilitée pour diriger la Cité qu'un philosophe ?

La Gazette vous emmène auprès d'un philosophe de l'Antiquité dont la pensée a influencé l'Occident : il s'agit de Platon avec son ouvrage, La République.

Reportons-nous un instant -avant d'entamer la lecture de l'extrait choisi- sur la célèbre allégorie de la caverne qui a parcouru les siècles.

Il nous est donné à imaginer la scène dans laquelle des prisonniers enchaînés se trouvent au fond de la caverne, immobilisés n'ayant devant leurs yeux que les ombres sur la paroi et ne percevant que des échos des voix. Au loin, se détache un feu qui brille.

Or, on libère un prisonnier qui accède non sans difficulté à la lumière du jour avant d'être contraint de revenir dans l'ombre.

Il s'agit au travers de ce mythe de rappeler la coexistence de deux niveaux de réalité : celle des ombres, c'est à dire le monde sensible par opposition à celle du jour, le monde intelligible.

Parvenu au terme de la connaissance du Bien, le philosophe est habilité à retourner dans le monde pour prendre les meilleures décisions dans l'intérêt de tous.

****

 « Mais vous, nous vous avons formés dans l’intérêt de l’État comme dans le vôtre, pour être ce que sont dans les ruches les mères abeilles et les reines : dans ce dessein, nous vous avons donné une éducation plus parfaite qui vous rendît plus capables que tous les autres hommes d’allier l’étude de la sagesse au maniement des affaires. Consentez donc à descendre chacun autant qu’il est nécessaire dans la demeure commune ; accoutumez vos yeux aux ténèbres qui y règnent ; lorsque vous vous serez familiarisés avec elles, vous y verrez mille fois mieux que les habitants de ce séjour ; vous discernerez beaucoup mieux les fantômes du beau, du juste et du bien, parce que vous avez vu ailleurs le beau, le juste et le bien lui-même. Ainsi, pour vous comme pour nous, le gouvernement sera une affaire sérieuse et de gens éveillés, et non pas un rêve, comme dans la plupart des autres États, où les chefs se battent pour des ombres vaines et se disputent avec acharnement l' autorité, comme si c’était un grand bien. Voici là-dessus quelle est la vérité : le bon gouvernement et la concorde se rencontrent nécessairement dans l’État où ceux qui doivent commander ne montrent aucun empressement pour leur élévation ; le contraire arrive dans les États dont les chefs sont ambitieux. »

La République, Platon livre VI, traduction V. Cousin

http://fr.wikisource.org/wiki/La_R%C3%A9publique_%28trad._Cousin%29/Livre_septi%C3%A8me

Repères à suivre : thème du pouvoir : l'exercice par un tyran (Fénelon)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ASP 11/01/2012 13:45


Voici un texte que chaque homme d'Etat devrait prendre pour devise !!!

Litteratus 11/01/2012 18:38



Que penses-tu de celle-ci : "Connais-toi, toi-même " ?



flora 04/01/2012 09:49


Voilà un discours de grande actualité pour la première moitié de l'année 2012, du moins!

Litteratus 05/01/2012 14:32



J'ai trouvé que cela pouvait alimenter notre propre réflexion...



lizagrèce 03/01/2012 22:40


Après une longue pause je reviens doucement vers les blogs et j'ai beaucoup de retard de lecture  à ratrraper.


http://maisondeliza.over-blog.fr

Litteratus 05/01/2012 14:31



Prends ton temps !