Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

L'évocation de l'île de Jersey (Victor Hugo)

Repères : thème de l’île : vers et prose 

341034325_dad2355bfb.jpg

 

Le retour de Victor Hugo à Jersey : vingt ans après...

La permanence de la beauté d'une île

Nous débutons la dernière partie de notre représentation de l’île dans l’histoire de la littérature par l’aspect poétique qui se dégage de ce thème. Le romantisme au XIXème siècle tourné vers l’expression libre de ses sentiments et de ses émotions dans la célébration de la nature a trouvé dans ce thème une véritable inspiration. Nous retrouvons chez Victor Hugo, parangon du romantisme, cette évocation de l’île en ajoutant que le choix du poète ne concerne pas n’importe quelle île.

Il s’agit de l’île anglo-normande de Jersey qui  a donné l’hospitalité au poète et à sa famille après sa proscription par Napoléon III de 1851 à 1870. Dans ces colonnes, nous avions déjà évoqué cet exil notamment à Guernesey. Le poète revient à Jersey vingt ans après...

Dans le poème qui vous est aujourd'hui proposé, vous pourrez constater le champ lexical du Souvenir avec  l’emploi de l’imparfait et la répétition du mot « même » à chaque vers. On arrive de manière chromatique à la description d’une île en partant du particulier pour embrasser une vision globale, de la « chambre » (vers 3), d'un lieu calme et clos à une île effrayante et sauvage dévorée par  «  l’âpre mer » ( vers 38).

C’est une opposition finale qui nous est proposée par le poète lequel différencie la permanence d’un spectacle enchanteur et effrayant du simple passage des hommes.

***

 

"Je la revois, après vingt ans, l'île où Décembre
Me jeta, pâle naufragé.
La voilà ! c'est bien elle. Elle est comme une chambre
Où rien encor n'est dérangé.

Oui, c'était bien ainsi qu'elle était ; il me semble
Qu'elle rit, et que j'aperçois
Le même oiseau qui fuit, la même fleur qui tremble,
La même aurore dans les bois ;

Il me semble revoir, comme au fond d'un mirage,
Les champs, les vergers, les fruits mûrs,
Et dans le firmament profond le même orage,
Et la même herbe au pied des murs,

Et le même toit blanc qui m'attend et qui m'aime,
Et, par delà le flot grondeur,
La même vision d'un éden, dans la même
Éblouissante profondeur.

Oui, je la reconnais cette grève enchantée,
Comme alors elle m'apparut,
Rive heureuse où l'on cherche Acis et Galatée,
Où l'on trouve Booz et Ruth ;

Car il n'est pas de plage, ou de montagne, ou d'île,
Parmi les abîmes amers,
Mieux faite pour cacher les roses de l'idylle
Sous la tragique horreur des mers.

Ciel ! océan ! c'était cette même nature,
Gouffre de silence et de bruit,
Ayant on ne sait quelle insondable ouverture
Sur la lumière et sur la nuit.

Oui, c'étaient ces hameaux, oui, c'étaient ces rivages ;
C'était le même aspect mouvant,
La même âcre senteur de bruyères sauvages,
Les mêmes tumultes du vent ;

C'était la même vague arrachant aux décombres
Les mêmes dentelles d'argent ;
C'étaient les mêmes blocs jetant les mêmes ombres
Au même éternel flot changeant ;

C'étaient les mêmes caps que l'onde ignore et ronge,
Car l'âpre mer, pleine de deuils,
Ne s'inquiète pas, dans son effrayant songe,
De la figure des écueils ;

C'était la même fuite immense des nuées ;
Sur ces monts, où Dieu vient tonner,
Les mêmes cimes d'arbre, en foule remuées,
N'ont pas fini de frissonner ;

C'était le même souffle ondoyant dans les seigles ;
Je crois revoir sur l'humble pré
Les mêmes papillons, avec les mêmes aigles
Sur l'océan démesuré ;

C'était le même flux couvrant l'île d'écume,
Comme un cheval blanchit le mors ;
C'était le même azur, c'était la même brume.
Et combien vivaient, qui sont morts !


8 août 1872, en arrivant à Jersey."

Toute la lyre, recueil posthume V.Hugo (vers 36)

http://fr.wikisource.org/wiki/Toute_la_lyre/V#XXXVI_Pygm.C3.A9e_et_Myrmidon.2C

Repères à suivre : présentation : l’île de Cythère (Baudelaire)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

lizagrèce 13/03/2014 15:07

Jersey - terre d'exil ... Depuis devenue île touristique assez prisée et un peu chic !