Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

L'émergence d'une aristocratie financière (Balzac)

L'émergence d'une aristocratie financière (Balzac)

Repères : thème de la finance : présentation

Le jeu boursier

Après avoir mis en évidence les mécanismes du délit d'initié dans un passage de l'Argent de Zola, il vous est proposé aujourd'hui de comprendre comment se forme la fortune d'une véritable aristocratie financière. Ce terme se comprend dans les deux sens du terme, à savoir le caractère proprement nobiliaire (noblesse d'Empire) mais aussi l'émergence d'une « classe » fortunée par le « jeu » boursier.

 

Le baron de Nucingen

Il vous est aujourd'hui livré un exemple de la naissance d'un banquier au travers d'un extrait d'une nouvelle de Balzac, la maison Nucingen.

La particularité de la puissance du baron de Nucingen provient d'un paradoxe que la littérature aime tant à mettre en relief : ce personnage hors du commun est devenu une figure incontournable des places boursières européennes non par des exploits particuliers, mais bien par ses deux faillites retentissantes.

Retour sur un parcours atypique...

***

 

" La prospérité de la maison Nucingen est un des phénomènes les plus extraordinaires de notre époque, reprit Blondet. En 1804, Nucingen était peu connu. Les banquiers d’alors auraient tremblé de savoir sur la place cent mille écus de ses acceptations. Ce grand financier sent alors son infériorité. Comment se faire connaître ? Il suspend ses paiements. Bon ! Son nom, restreint à Strasbourg et au quartier Poissonnière, retentit sur toutes les places ! il désintéresse son monde avec des valeurs mortes, et reprend ses paiements : aussitôt son papier se fait dans toute la France. Par une circonstance inouïe, les valeurs revivent, reprennent faveur, donnent des bénéfices. Le Nucingen est très-recherché. L’année 1815 arrive, mon gars réunit ses capitaux, achète des fonds avant la bataille de Waterloo, suspend ses paiements au moment de la crise, liquide avec des actions dans les mines de Wortschin qu’il s’était procurées à vingt pour cent au-dessous de la valeur à laquelle il les émettait lui-même ! oui, messieurs ! Il prend à Grandet cent cinquante mille bouteilles de vin de Champagne pour se couvrir en prévoyant la faillite de ce vertueux père du comte d’Aubrion actuel, et autant à Duberghe en vins de Bordeaux. Ces trois cent mille bouteilles acceptées, acceptées, mon cher, à trente sous, il les a fait boire aux Alliés, à six francs, au Palais-Royal de 1817 à 1819. Le papier de la maison Nucingen et son nom deviennent européens. Cet illustre baron s’est élevé sur l’abîme où d’autres auraient sombré. Deux fois, sa liquidation a produit d’immenses avantages à ses créanciers : il a voulu les rouer, impossible ! Il passe pour le plus honnête homme du monde. À la troisième suspension, le papier de la maison Nucingen se fera en Asie, au Mexique, en Australasie, chez les Sauvages. Ouvrard est le seul qui ait deviné cet Alsacien, fils de quelque juif converti par ambition : « Quand Nucingen lâche son or, disait-il, croyez qu’il saisit des diamants ! »"

 

La Maison Nucingen, Balzac

http://fr.wikisource.org/wiki/La_Maison_Nucingen

 

repères à suivre : présentation : critique de l'aristocratie financière (Marx)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article