Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Face à l'examen du miroir (Stendhal)

Il vous est proposé de surprendre autrui en train de s'interroger lui-même face à son miroir au travers d'une page d'anthologie du Rouge et le Noir de Stendhal.

thème autre, livres, littérature, Stendhal, Le Rouge et Le Noir, miroir

 

repères : thème de l'Autre : L'un et l'Autre (IV)

Dans l'article précédent, nous avons évoqué l'empreinte du souvenir sous la plume de Musset, aujourd'hui, il sera question de voir la part de l'autre dans le miroir.

"Le Rouge et le Noir" de Stendhal

La Gazette vous propose de découvrir le jeu du miroir devant lequel on s'examine. On s'interroge sur l'autre se réfléchissant dans la glace.

Pour cela, nous allons retrouver un personnage célèbre de la littérature française, Julien Sorel, héros du Rouge et Le Noir de Stendhal, roman publié en 1830 qui a fait l'objet d'une longue étude détaillée :

Il vous est proposé de retrouver les principaux axes de présentation de l’œuvre :

Miroir

Relisez avec délice le passage où le jeune évêque d'Agde se prépare pour une procession grandiose dans les rues de Verrières. Il s'est placé devant sa psyché et se contemple.

Que fait-il ?

C'est la question que se pose Julien Sorel qui est le témoin de cette scène d'anthologie qui n'est pas sans rappeler celle du flambeau tenue par la Princesse de Clèves dans le roman éponyme de madame de La Fayette.

« À l’autre extrémité de la salle, près de l’unique fenêtre par laquelle le jour pénétrait, il vit un miroir mobile en acajou. Un jeune homme, en robe violette et en surplis de dentelle, mais la tête nue, était arrêté à trois pas de la glace. Ce meuble semblait étrange en un tel lieu, et, sans doute, y avait été apporté de la ville. Julien trouva que le jeune homme avait l’air irrité ; de la main droite il donnait gravement des bénédictions du côté du miroir.

Que peut signifier ceci ? pensa-t-il : est-ce une cérémonie préparatoire qu’accomplit ce jeune prêtre ? C’est peut-être le secrétaire de l’évêque... il sera insolent comme les laquais... ma foi, n’importe, essayons.

Il avança et parcourut assez lentement la longueur de la salle, toujours la vue fixée vers l’unique fenêtre, et regardant ce jeune homme qui continuait à donner des bénédictions exécutées lentement mais en nombre infini, et sans se reposer un instant.

À mesure qu’il approchait, il distinguait mieux son air fâché. La richesse du surplis garni de dentelles arrêta involontairement Julien à quelques pas du magnifique miroir. »

Le Rouge et le Noir, Stendhal, 1ère partie, chapitre 18, wikisource.

repère à suivre : le dédoublement de personnalité (Stevenson)

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Yves 21/04/2010 17:05



Je sèche sur celui-ci... J'ai beau le lire et le relire...
Jean-Yves



LITTERATUS 25/04/2010 19:00



Ce n'est pas grave...



martine 18/04/2010 19:58



Moi j'ai longtemps espéré que ma main tendue vers le miroir passerait au travers... mais ceci est une autre histoire et un autre poète.



LITTERATUS 19/04/2010 10:41



Une autre histoire en effet !



lyly 18/04/2010 11:11



Bonjour L


J'aurais tendance à dire comme le second commentaire, celui de Pascal !


Heureusement que ta réponse éclaircit les choses !


Très bon dimanche, bises, Lyly



LITTERATUS 19/04/2010 10:40



Pascal ne me laisse rien passer et c'est heureux !



flora 17/04/2010 15:23



La mise à distance magnifiquement maîtrisée par Stendhal : le "je" devient vraiment un autre pour Julien, à l'aide du miroir.



LITTERATUS 17/04/2010 18:21



Une scène d'anthologie avec un simple miroir.



Pascal 17/04/2010 11:50



J'ai pas compris. Trop subtil. Moi, quand les trucs sont pas limpides, je décroche vite... c'est l'image de qui dans la glace, la sienne ? C'est la continuité de 'je est un autre', c'est ça ? a+
Lit



LITTERATUS 17/04/2010 18:20



Je n'ai pas été claire. Ce qui se conçoit s'énonce clairement ...


Dans une pièce, un jeune évêque se contemple dans un miroir en train de délivrer quelques bénédictions d'un air sévère. Julien Sorel, comme nous, se demande ce que fait ce curieux ecclésiastique
! il répète un rôle comme un acteur : ambition, hypocrisie...


Ce qui est intéressant, c'est le point de vue de Stendhal qui nous décrit la vision de Sorel sur le propre regard de l'évêque : triple effet miroir. Personne n'est dupe !