Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

L'art de tourner en ridicule son adversaire (Voltaire)

 

6382006615_c42211d6c1.jpg

Repères : thème du ridicule : présentation

L'art de se moquer

Après avoir évoqué le caractère parfois subjectif du ridicule, découvrons, si vous le voulez bien, une autre acception du terme qui nous occupera tout le mois. Il sera question aujourd'hui de traiter de l'expression "jeter le ridicule sur quelqu'un".

Quel meilleur auteur pour donner du sens à cette formule ? Voltaire bien sûr !

Dans le pamphlet que vous pourrez découvrir, vous découvrirez les sarcasmes de l'écrivain à l'égard d'un de ses détracteurs, Fréron.

Qui est cet illustre inconnu ?

Fin lettré et digne humaniste, Fréron était connu pour ne pas partager la vision du Progrès émise par son temps.

Fondateur du journal l'Année Littéraire, il critiquait ouvertement la littérature contemporaine et les opus des philosophes des Lumières.

Voltaire pris un malin plaisir à lui décocher de nombreux traits ironiques dont celui qui vous est proposé ci-après.

De l'art de tourner en ridicule son adversaire...

***

Les Fréron

D'où vient que ce nom de Fréron
Est l'emblème du ridicule ?
Si quelque maître Aliboron,
Sans esprit comme sans scrupule,
Brave les moeurs et la raison ;
Si de Zoïle et de Chausson
Il se montre le digne émule,
Les enfants disent : " C'est Fréron. "

Sitôt qu'un libelle imbécile
Croqué par quelque polisson
Court dans les cafés de la ville,
" Fi, dit-on, quel ennui ! quel style !
C'est du Fréron, c'est du Fréron ! "

Si quelque pédant fanfaron
Vient étaler son ignorance,
S'il prend Gillot pour Cicéron,
S'il vous ment avec impudence,
On lui dit : " Taisez-vous, Fréron. "

L'autre jour un gros ex-jésuite,
Dans le grenier d'une maison,
Rencontra fille très-instruite
Avec un beau petit garçon.
Le bouc s'empara du giton.

On le découvre, il prend la fuite.
Tout le quartier à sa poursuite
Criait : " Fréron, Fréron, Fréron. "

Lorsqu'au drame de monsieur Hume
On bafouait certain fripon,
Le parterre, dont la coutume
Est d'avoir le nez assez bon,
Se disait tout haut : " Je présume
Qu'on a voulu peindre Fréron. "

Cependant, fier de son renom,
Certain maroufle se rengorge ;
Dans son antre à loisir il forge
Des traits pour l'indignation.
Sur le papier il vous dégorge
De ses lettres le froid poison,
Sans songer qu'on serre la gorge
Aux gens du métier de Fréron.

Pour notre petit embryon,
Délateur de profession,
Qui du mensonge est la trompette,
Déjà sa réputation
Dans le monde nous semble faite :
C'est le perroquet de Fréron.

 

Voltaire

http://www.inlibroveritas.net/lire/oeuvre1291.html#page_1

 

repères à suivre : présentation : Boileau

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

more information 30/09/2014 12:22

I used to write stories too. I am doing a tough one now. I have to deal with the main character of my new book. He suddenly changed some of his character attributes and decisions and my story is going in an unknown direction. I am going to keep writing even though I have no idea about the climax