Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

L'art dans la littérature : le portrait ovale (Edgar Poe)

 

portrait_ovale.gif

 

 

  Repères  : thème de l'Art : introduction

 

Après le portrait, reflet d'un amour sublimé, voyons aujourd'hui un autre traitement par la littérature de l'art pictural.

 

Changeons de décor et pénétrons ensemble dans le domaine du fantastique avec cet étrange portrait ovale qui, sous la plume d'Edgar Poe, évoque l'histoire terrible d'un peintre et de sa muse.

 

***

 

 "Allant droit au numéro qui désignait le portrait ovale, j’y lus le vague et singulier récit qui suit :

« C’était une jeune fille d’une très rare beauté, et qui n’était pas moins aimable que pleine de gaieté. Et maudite fut l’heure où elle vit, et aima, et épousa le peintre. Lui, passionné, studieux, austère, et ayant déjà trouvé une épouse dans son Art ; elle, une jeune fille d’une très rare beauté, et non moins aimable que pleine de gaieté : rien que lumière et sourires, et la folâtrerie d’un jeune faon ; aimant et chérissant toutes choses ; ne haïssant que l’Art qui était son rival ; ne redoutant que la palette et les brosses, et les autres instruments fâcheux qui la privaient de la figure de son adoré. Ce fut une terrible chose pour cette dame que d’entendre le peintre parler du désir de peindre sa jeune épouse. Mais elle était humble et obéissante, et elle s’assit avec douceur pendant de longues semaines dans la sombre et haute chambre de la tour, où la lumière filtrait sur la pâle toile seulement par le plafond. Mais lui, le peintre, mettait sa gloire dans son œuvre, qui avançait d’heure en heure et de jour en jour. — Et c’était un homme passionné, et étrange, et pensif, qui se perdait en rêveries ; si bien qu’il ne voulait pas voir que la lumière qui tombait si lugubrement dans cette tour isolée desséchait la santé et les esprits de sa femme, qui languissait visiblement pour tout le monde, excepté pour lui. Cependant, elle souriait toujours, et toujours sans se plaindre, parce qu’elle voyait que le peintre (qui avait un grand renom) prenait un plaisir vif et brûlant dans sa tâche, et travaillait nuit et jour pour peindre celle qui l’aimait si fort, mais qui devenait de jour en jour plus languissante et plus faible. Et, en vérité, ceux qui contemplaient le portrait parlaient à voix basse de sa ressemblance, comme d’une puissante merveille et comme d’une preuve non moins grande de la puissance du peintre que de son profond amour pour celle qu’il peignait si miraculeusement bien. — Mais, à la longue, comme la besogne approchait de sa fin, personne ne fut plus admis dans la tour ; car le peintre était devenu fou par l’ardeur de son travail, et il détournait rarement ses yeux de la toile, même pour regarder la figure de sa femme. Et il ne voulait pas voir que les couleurs qu’il étalait sur la toile étaient tirées des joues de celle qui était assise près de lui. Et, quand bien des semaines furent passées et qu’il ne restait plus que peu de chose à faire, rien qu’une touche sur la bouche et un glacis sur l’œil, l’esprit de la dame palpita encore comme la flamme dans le bec d’une lampe. Et alors la touche fut donnée, et alors le glacis fut placé ; et pendant un moment le peintre se tint en extase devant le travail qu’il avait travaillé ; mais, une minute après, comme il contemplait encore, il trembla, et il fut frappé d’effroi ; et, criant d’une voix éclatante : « En vérité, c’est la Vie elle-même ! » il se retourna brusquement pour regarder sa bien-aimée : — elle était morte ! »
 

Le portrait ovale, Nouvelles Histoires extraordinaires, Edgar Poe

http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Portrait_ovale

 


Repères à suivre  :  hommage de la littérature aux peintres


 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

lizagrèce 07/11/2011 21:54



Avec Edgar, j'étais sûre que l'histoire allait mal tourner !!!


http:/:maisondeliza.over-blog.fr



Litteratus 08/11/2011 10:55



tu le connais bien !



ASP 07/11/2011 12:06



Une atmosphère glaciale, un peintre possédé, une muse/épouse dont on se demande si elle existe vraiement ... tout y est ! Une ambiance qui fait froid dans le dos ... à la Edgard Poe !!!




Litteratus 08/11/2011 10:56



Du grand art !