Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

L'archétype de l'homme ridicule : Monsieur Jourdain (Molière)

 

 

L'archétype de l'homme ridicule : Monsieur Jourdain (Molière)

Repères : thème du ridicule : présentation


"Monsieur Jourdain

Après avoir évoqué le cas de Matamore cher à Corneille, il convient de nous rappeler de notre Monsieur Jourdain, personnage de la pièce de théâtre, le Bourgeois Gentilhomme de Molière.


Celui-ci est l'archétype du nouveau riche et du sot dans toute son ampleur. Notre homme se pique de connaissances et s'offre des cours à l'effet de se rendre plus " savant". Évidemment, ses maîtres profitent sans scrupules de la bêtise légendaire de notre cher personnage.


Dans l'extrait du jour, il est question d'un billet doux à rédiger. Vous pouvez également voir la scène jouée par deux illustres comédiens...

***

"Monsieur Jourdain
Je vous en prie. Au reste, il faut que je vous fasse une confidence. Je suis amoureux d’une personne de grande qualité, et je souhaiterais que vous m’aidassiez à lui écrire quelque chose dans un petit billet que je veux laisser tomber à ses pieds.

Maître de philosophie
Fort bien.

Monsieur Jourdain
Cela sera galant, oui.

Maître de philosophie
Sans doute. Sont-ce des vers que vous lui voulez écrire ?

Monsieur Jourdain
Non, non, point de vers.

Maître de philosophie
Vous ne voulez que de la prose ?

Monsieur Jourdain
Non, je ne veux ni prose ni vers.

Maître de philosophie
Il faut bien que ce soit l’un, ou l’autre.

Monsieur Jourdain
Pourquoi ?

Maître de philosophie
Par la raison, Monsieur, qu’il n’y a pour s’exprimer que la prose, ou les vers.

Monsieur Jourdain
Il n’y a que la prose ou les vers ?

Maître de philosophie
Non, Monsieur : tout ce qui n’est point prose est vers ; et tout ce qui n’est point vers est prose.

Monsieur Jourdain
Et comme l’on parle qu’est-ce que c’est donc que cela ?

Maître de philosophie
De la prose.

Monsieur Jourdain
Quoi ? quand je dis : « Nicole, apportez-moi mes pantoufles, et me donnez mon bonnet de nuit », c’est de la prose ?

Maître de philosophie
Oui, Monsieur.

Monsieur Jourdain
Par ma foi ! il y a plus de quarante ans que je dis de la prose sans que j’en susse rien, et je vous suis le plus obligé du monde de m’avoir appris cela. Je voudrais donc lui mettre dans un billet : Belle Marquise, vos beaux yeux me font mourir d’amour  ; mais je voudrais que cela fût mis d’une manière galante, que cela fût tourné gentiment.

Maître de philosophie
Mettre que les feux de ses yeux réduisent votre cœur en cendres ; que vous souffrez nuit et jour pour elle les violences d’un…

Monsieur Jourdain
Non, non, non, je ne veux point tout cela ; je ne veux que ce que je vous ai dit : Belle Marquise, vos beaux yeux me font mourir d’amour.

Maître de philosophie
Il faut bien étendre un peu la chose.

Monsieur Jourdain
Non, vous dis-je, je ne veux que ces seules paroles-là dans le billet ; mais tournées à la mode ; bien arrangées comme il faut. Je vous prie de me dire un peu, pour voir, les diverses manières dont on les peut mettre.

Maître de philosophie
On les peut mettre premièrement comme vous avez dit.
Belle Marquise, vos beaux yeux me font mourir d’amour
. Ou bien : D’amour mourir me font, belle Marquise, vos beaux yeux. Ou bien : Vos yeux beaux d’amour me font, belle Marquise, mourir. Ou bien : Mourir vos beaux yeux, belle Marquise, d’amour me font. Ou bien : Me font vos yeux beaux mourir, belle Marquise, d’amour.

Monsieur Jourdain
Mais de toutes ces façons-là, laquelle est la meilleure ?

Maître de philosophie
Celle que vous avez dite : Belle Marquise, vos beaux yeux me font mourir d’amour.

Monsieur Jourdain
Cependant je n’ai point étudié, et j’ai fait cela tout du premier coup. Je vous remercie de tout mon cœur, et vous prie de venir demain de bonne heure.

Maître de philosophie
Je n’y manquerai pas."


Le Bourgeois Gentilhomme, Molière, (acte II, scène 4)


Repères : présentation : M. Homais (Flaubert)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article