Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

L'angoisse de la découverte de soi (2)

2471629612_e02b12277c.jpg

 

 

Repères  : Thème de la Mémoire

                                   - l'étude du mois : l'angoisse de la découverte de soi

 

 

Il a été présenté précédemment, l'intrigue de la pièce de théâtre d'Anouilh qui met en scène un soldat amnésique de la Première Guerre Mondiale que tous croient reconnaître pour membre de leur famille. L'opinion publique se passionne pour cette affaire unique dans les annales...


***

Une aristocrate à court d'occupations s'empare du cas inédit et cherche, avec un enthousiasme débordant, à retrouver la famille originelle de Gaston.

 

Mais qu'en est-il de notre amnésique ? Attend-il avec impatience cette famille qui lui aurait tant manqué ? Premier effet de surprise dans cette pièce qui comprend de nombreux basculements imprévus : Gaston ne partage nullement l'engouement populaire. Cette recherche le laisse de marbre. Pire, il fait preuve d'une désinvolture qui choque ses bienfaiteurs.


Le ressort de la pièce se situe dans le décalage patent entre le regard porté sur l'amnésique et le point de vue insolite de notre soldat sur cette quête d'identité  :

« J'étais si tranquille à l'asile... je m'étais habitué à moi, je me connaissais bien et voilà qu'il faut me quitter, trouver un autre moi et l'endosser comme une vieille veste. Me reconnaîtrai-je demain, moi qui ne bois que de l'eau, dans le fils du lampiste à qui il ne fallait pas moins de quatre litres de gros rouge par jour ? Ou, bien que je n'aie aucune patience dans le fils de la mercière qui avait collectionné et classé par familles douze cents sortes de boutons ? » (1er tableau).


L'angoisse de la découverte de son identité tient notre héros, finalement pas si désinvolte que cela ; il sait que sa tranquillité ne sera plus la même. Mais une question se fait jour en lui : qui était-il au fond? (à suivre)

 

Repères à suivre : Thème de la Mémoire

                                   - l'étude du mois : un triste portrait de soi

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

flora 21/10/2011 17:54



N'est-on pas plus "tranquille" sans se poser de questions?...



Litteratus 21/10/2011 18:13



Certainement. Mais vit-on vraiment dans de telles conditions ?



lizagrèce 19/10/2011 19:14



L'amnésie renvoie forcément à la question de l'idendité



Litteratus 19/10/2011 21:13



c'est le début de toute chose...