Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Gazette littéraire

Deux ouvrages entrecroisés : Jacques le Fataliste (Diderot) et Malone meurt (Beckett)

4028092319_d3a8dcb3ee.jpg

  Repères : Thème du  langage

                      - l'étude du mois : Jacques le Fataliste, Diderot / Malone meurt, Beckett


 

Il a été précisé, dans le précédent article, l'objet de l'étude du mois, consacrée à l'entrecroisement des récits, source de richesse littéraire mais également de perturbations lorsque cela ne conduit pas à éprouver de l'agacement pur et simple.

 

Il est proposé à cet égard de mettre en perspective deux ouvrages distincts qui ont la particularité de mélanger les discours.


Présentons-les sommairement :


- Jacques le Fataliste de Diderot, conte philosophique, publié en 1773

- Malone meurt de Beckett, roman, publié en 1951.


Ces auteurs nous font accéder à différents niveaux de langage avec, dans le premier livre, la poursuite d'un dialogue toujours interrompu entre deux protagonistes, alors que, dans le second, c'est bien le narrateur qui s'échine à multiplier les récits.


Mais la surprise est de taille lorsqu'on se prête, malgré soi, au jeu.

 

On s'aperçoit en effet que derrière cette perturbation du récit se cache, au contraire, une construction savante et subtile.

 

Diderot, en digne esprit des Lumières, cherche à replacer dans son œuvre le franc bouillonnement de la vie alors que Beckett, auteur du XXème siècle, constate sans révolte le caractère absurde de l'existence dans lequel il installe son personnage.


Le langage même parasité est donc le vecteur de ces deux ambitions d'écrivains. (à suivre)


Repères à suivre : Thème du  langage

                                   - l'étude du mois : Jacques le Fataliste ou la double perturbation du récit.


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article