Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

La mise en esclavage (Montesquieu)

Le thème de l'Autre nous conduit à l'examen des motifs de l'esclavage. Pour quels motifs asservit-on autrui ? Retrouvez Montesquieu et sa démonstration froide et calculée. Il s'agit évidemment d'une dénonciation implacable de l'esclavage.

esclavage, thème, autrui, dénonciation, Montesquieu

 

repères : thème de l'Autre : L'un et l'autre (II)

Dans l'article précédent, nous avons vu que "l'homme est un loup pour l'homme" sous la plume de Hobbes. découvrons aujourd'hui la question de l'asservissement de l'homme par l'homme. 

Montesquieu

Montesquieu est un juriste, un philosophe et un homme de Lettres du 18e siècle, siècle des Lumières qui a vécu principalement au château de la Brède dans le Bordelais.

Il a écrit des œuvres qui ont eu une influence majeure sur son époque. La Gazette a publié plusieurs extraits de L'esprit des Lois (1748), Des lettres persanes (1721), de son Essai sur le goût (1757). Retrouvez-les au travers des thèmes suivants :

Esclavage

Lisons avec intérêt la fausse apologie de l'esclavage sous la plume de Montesquieu. L'autre est ainsi réduit à l'état de chose.

L'auteur raisonne en terme d'utilité, de coût de revient en utilisant des raisonnements par l'absurde.

Relisez ce texte célèbre d'un esprit et d'une force incomparables, extrait de l'Esprit des Lois.

L'art de dénoncer l'esclavage par les mots fait mouche avec ce registre littéraire plein d'ironie.

De l’esclavage des nègres

"Si j’avais à soutenir le droit que nous avons eu de rendre les nègres esclaves, voici ce que je dirais :

Les peuples d’Europe ayant exterminé ceux de l’Amérique, ils ont dû mettre en esclavage ceux de l’Afrique, pour s’en servir à défricher tant de terres.

Le sucre serait trop cher, si l’on ne faisait travailler la plante qui le produit par des esclaves.

Ceux dont il s’agit sont noirs depuis les pieds jusqu’à la tête ; et ils ont le nez si écrasé qu’il est presque impossible de les plaindre.

On ne peut se mettre dans l’esprit que Dieu, qui est un être très sage, ait mis une âme, surtout bonne, dans un corps tout noir.

Il est si naturel de penser que c’est la couleur qui constitue l’essence de l’humanité, que les peuples d’Asie, qui font les eunuques, privent toujours les noirs du rapport qu’ils ont avec nous d’une façon plus marquée.

On peut juger de la couleur de la peau par celle des cheveux, qui, chez les Égyptiens, les meilleurs philosophes du monde, étaient d’une si grande conséquence, qu’ils faisaient mourir tous les hommes roux qui leur tombaient entre les mains.

Une preuve que les nègres n’ont pas le sens commun, c’est qu’ils font plus de cas d’un collier de verre que de l’or, qui, chez les nations policées, est d’une si grande conséquence.

Il est impossible que nous supposions que ces gens-là soient des hommes ; parce que, si nous les supposions des hommes, on commencerait à croire que nous ne sommes pas nous-mêmes chrétiens.

De petits esprits exagèrent trop l’injustice que l’on fait aux Africains. Car, si elle était telle qu’ils le disent, ne serait-il pas venu dans la tête des princes d’Europe, qui font entre eux tant de conventions inutiles, d’en faire une générale en faveur de la miséricorde et de la pitié ?"

Montesquieu. De l’Esprit des lois, Livre XV, chapitre 5. 1748 (wikisource)

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être  Un billet pour deux voyages littéraires


 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Yves 16/04/2010 15:10



Moi qui suit encore u débutant en analyse litteraire tu fais bien d eme dire que c'est de l'ironie ! Car cet écrit n'est pas flagrant ! En tout cas c'est tout un art !
Est-ce faux si je dis que l'on a tous été, à un moment de notre vie, l'esclave de quelqu'un ou de quelque chose ...?
Jean-Yves



LITTERATUS 16/04/2010 18:42



Beaucoup font des contresens ! Tu as bien raison...



lyly 08/04/2010 13:09



Rhoooo MODESTEEE ?????


Tu me fais dresser les cheveux sur la tête en utilisant ce terme !


Ta plume a des ailes, L !


Tes descriptions sont superbes, on s'imagine dans ces lieux très aisément et on


visualise bien les personnages ! Bref, j'aime beaucoup !


On n'est pas averti des suites de feuilleton en étant pourtant inscrit à la


newsletter, c'est curieux !


Bises, Lyly



LITTERATUS 09/04/2010 08:07



Cela me touche vraiment ce que tu écris là... Bonne journée !



lizagrèce 08/04/2010 11:30



Nous sommes (malheureusement) d'accord ...



LITTERATUS 08/04/2010 11:33



hélas !



Mariecruche 08/04/2010 10:59



C'est le texte sur lequel je suis tombée à l'oral du bac de français, il y a presque exactement trente ans à quelques jours près !!! Excellent souvenir ... un super moment de discussion avec
le ou la prof, je ne me souviens plus, et une bonne note à la clé. Merci pour cette heureuse rétrospective.



LITTERATUS 08/04/2010 11:02



Décidément, c'est un texte qui évoque de nombreux souvenirs et de bonnes notes !



lyly 08/04/2010 05:43



Coucou L


Et ce sont des paroles de soi-disant chrétiens !


Quelque peu crétins oserai-je ajouter !


Oui, l'homme réduit à l'état de chose, c'est tout-à-fait cela !


Bonne journée, bises, Lyly


P.S. : On ne peut mettre de com sous le 3ème chapitre du feuilleton  



LITTERATUS 08/04/2010 11:12



Le chapitre 3 est présenté sous forme de page et on ne peut effectivement pas laisser de commentaires. Mais j'aimerai  que tu me donnes ton avis sur ma modeste prose...