Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

D'une maison à l'autre (VII) : le château du souvenir (Gautier)

 

3559856877_779403fb81.jpg

 

Repère: Le thème de la demeure: sommaire

 

 

Et si un lieu pouvait être cher à notre cœur en ce qu'il cristallise nos souvenirs.

Prenons le château du Souvenir de Théophile Gautier qui nous fait entrer dans un monde purement mental, arrêté par le temps, réveillé par le travail de mémoire du poète...

 

Belle tentative "inoubliable"...

***

Je songe, et cherche à revenir,
Par delà le passé grisâtre,
Au vieux château du Souvenir.

Une gaze de brume estompe
Arbres, maisons, plaines, coteaux,
Et l’œil au carrefour qui trompe
En vain consulte les poteaux.

J’avance parmi les décombres
De tout un monde enseveli,
Dans le mystère des pénombres,
À travers des limbes d’oubli.

Mais voici, blanche et diaphane,
La Mémoire, au bord du chemin,
Qui me remet, comme Ariane,
Son peloton de fil en main.

Désormais la route est certaine ;
Le soleil voilé reparaît,
Et du château la tour lointaine
Pointe au-dessus de la forêt.

Sous l’arcade où le jour s’émousse,
De feuilles en feuilles tombant,
Le sentier ancien dans la mousse
Trace encor son étroit ruban.

Mais la ronce en travers s’enlace,
La liane tend son filet,
Et la branche que je déplace
Revient et me donne un soufflet.

Enfin, au bout de la clairière,
Je découvre du vieux manoir
Les tourelles en poivrière
Et les hauts toits en éteignoir.

Sur le comble aucune fumée
Rayant le ciel d’un bleu sillon ;
Pas une fenêtre allumée
D’une figure ou d’un rayon.

Les chaînes du pont sont brisées ;
Aux fossés, la lentille d’eau
De ses taches vert-de-grisées
Étale le glauque rideau.

(…)

Mais le jour luit à la fenêtre ;
Et les spectres, moins arrêtés,
Laissent les objets transparaître
Dans leurs diaphanéités.

Les cires fondent consumées ;
Sous les cendres s’éteint le feu ;
Du parquet montent des fumées...
Château du Souvenir, adieu !

Encore une autre fois Décembre
Va retourner le sablier.
Le Présent entre dans ma chambre
Et me dit en vain d’oublier.

 

Émaux et Camées, Théophile Gautier

source http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Ch%C3%A2teau_du_Souvenir »

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être aussi Le récit d'une passion : la "chaîne d'or" (T.Gautier) (I)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lizagrèce 10/01/2011 11:02



Plus facile à évoquer les souvenirs d'un château que ceux d'une HLM



Litteratus 10/01/2011 12:17



Serais-tu à la recherche d'anachronismes ?



lyly 10/01/2011 06:06



Bonjour L


C'est un très joli poème !


L'image de la branche déplacée me plaît énormément, elle semble faire barrière


à son désir de retour en arrière


Belle journée, Lyly



Litteratus 10/01/2011 12:16



Voilà une remarque pleine de sensibilité...



flora 09/01/2011 09:32



L'allégorie de la mémoire et le présent qui nous rappelle, parfois en vain...



Litteratus 09/01/2011 19:49



Incorrigible propension à l'évasion...



Mariecruche 09/01/2011 06:49



Ce texte m'a amenée à aller relire dans Wikisource un autre extrait du même auteur sur le même thème, le premier chapitre du Capitaine Fracasse. Un de mes meilleurs souvenirs de mes lectures
d'enfance. Depuis, mon enthousiasme pour Théophile Gautier a baissé mais quand même, à la lecture de ces deux textes, je comprends comment mon imaginaire délirant a pu être marqué si fortement !
On s'y voit, on y rêve. J'adore les vieilles demeures !



Litteratus 09/01/2011 19:48



J'ai beaucoup d'affection pour ces souvenirs d'enfance, impressions indélébiles !