Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

De l'insolence du bonheur dans la maladie

 

Présentation des deux lectures

(repères : thème du Corps : l'étude le bonheur d'être malade)

 

Il a été précisé le cadre de l'étude consacrée au corps en général et plus particulièrement à la maladie sous un angle éloigné de tout dolorisme. Il sera en effet question de traiter de l'insolent bonheur ...d'être malade.

Quels sont donc les deux livres proposés à votre lecture durant ce mois ?

Deux ouvrages particuliers évoquent avec une sensibilité différente la maladie sous cet aspect totalement atypique :

La maison blanche, roman de Léon Werth,  publié en 1913 ;

La montagne magique, roman de Thomas Mann,  publié en 1924.

 

Voici donc deux endroits, deux lieux distincts qui nous attendent : le premier s'ouvre sur l'intérieur d'une clinique parisienne et le second nous fait pénétrer dans un sanatorium suisse. Cela donne un univers intimiste pour l'un, un lieu de sociabilité avec ses conventions mondaines pour l'autre.

 

Le tabou de la maladie

Mais un point commun réunit ces deux œuvres dans l'étude qui en sera faite. Le bonheur d'être malade ! La chose est tellement inouïe qu'il convient de nous habituer à l'énonciation même de l'idée. Cette dernière brise ainsi un tabou qui relie de manière légitime la maladie à la crainte de la mort. Dans cette nouvelle perspective, la maladie est vue non plus comme une fatalité mais comme une chance à saisir.

L’incipit de la maison Blanche nous prépare avec la formulation nette et précise : "Peut-être les hommes sauront-ils un jour tirer de la maladie une leçon de joie et de sérénité."  

 

Le second livre n'est pas en reste lorsqu'il a le projet de retracer -non sans créer une satire- le parcours initiatique d'un jeune homme qui demeurera avec délice sept ans éloigné de la vie des... personnes bien portantes.

 

Vous avez donc compris que loin de souffrir de son état de santé, le malade tire au contraire profit de ses maux pour en ressentir une joie étonnante et intense. Cette félicité paradoxale fait l'objet de l'étude dans les articles suivants.

 

Repères à suivre : thème du Corps : l'étude : bienvenue à la clinique ! (Werth)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

flora 21/03/2012 11:15


Etranges paradoxes, en effet!

Litteratus 22/03/2012 11:33



Un aspect de la maladie rarement évoqué...