Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Bienvenue à Mégara, faubourg de Carthage (Flaubert)

Bienvenue à Mégara, faubourg de Carthage (Flaubert)

 

 

 Salammbô, femme mystique,

 (Repères : carnet de voyage : Tunisie)


Restons encore à Carthage en bonne compagnie, avec Flaubert. Ce dernier a élaboré un récit orientaliste qui nous replace au 3ème siècle avant Jésus-Christ dans le contexte de la Première Guerre Punique, laissant les Carthagénois vaincus par Rome.

 

Les mercenaires qui ont combattu du côté de Carthage ne veulent pas repartir sans avoir été réglés de l'arriéré de leur solde. Ils sont prêts à détruire la ville.


Le récit met en présence la fille du général Hamilcar, Salammbô, femme mystique, fidèle au culte de Tanit, qui sera envoyée chez les mercenaires pour récupérer le manteau de la déesse protectrice.


Le récit débouche sur un conflit terrible, magnifié par Flaubert.


Retrouvons l'incipit désormais mythique.


***

"C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar.

Les soldats qu’il avait commandés en Sicile se donnaient un grand festin pour célébrer le jour anniversaire de la bataille d’Éryx, et, comme le maître était absent et qu’ils se trouvaient nombreux, ils mangeaient et ils buvaient en pleine liberté.

Les capitaines, portant des cothurnes de bronze, s’étaient placés dans le chemin du milieu, sous un voile de pourpre à franges d’or, qui s’étendait depuis le mur des écuries jusqu’à la première terrasse du palais ; le commun des soldats était répandu sous les arbres, où l’on distinguait quantité de bâtiments à toit plat, pressoirs, celliers, magasins, boulangeries et arsenaux, avec une cour pour les éléphants, des fosses pour les bêtes féroces, une prison pour les esclaves.

Des figuiers entouraient les cuisines ; un bois de sycomores se prolongeait jusqu’à des masses de verdure, où des grenades resplendissaient parmi les touffes blanches des cotonniers ; des vignes, chargées de grappes, montaient dans le branchage des pins ; un champ de roses s’épanouissait sous des platanes ; de place en place sur des gazons se balançaient des lis ; un sable noir, mêlé à de la poudre de corail, parsemait les sentiers, et, au milieu, l’avenue des cyprès faisait d’un bout à l’autre comme une double colonnade d’obélisques verts.

Le palais, bâti en marbre numidique tacheté de jaune, superposait tout au fond, sur de larges assises, ses quatre étages en terrasses. Avec son grand escalier droit en bois d’ébène, portant aux angles de chaque marche la proue d’une galère vaincue, ses portes rouges écartelées d’une croix noire, ses grillages d’airain qui le défendaient en bas des scorpions, et ses treillis de baguettes dorées qui bouchaient en haut ses ouvertures, il semblait aux soldats, dans son opulence farouche, aussi solennel et impénétrable que le visage d’Hamilcar."


Salammbô, Flaubert

http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Festin


repères à suivre : carnet : delenda carthago est

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article