Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

La déclaration d'amour d'Alfred de Musset à George Sand

Découvrez la déclaration d'amour écrite par Musset à George Sand en 1833, c'est le point de départ d'une passion tumultueuse.

Repères: thème de la correspondance : Lettre d'amour (1)

Rencontre

Quoi de plus beau que des déclarations d'amour surtout lorsqu'elles sont bien tournées ? La Gazette vous entraîne dans la lecture d'une correspondance adressée par Alfred de Musset à George Sand.

En 1833, Alfred de Musset a 23 ans ; il est l’ami de l'écrivain Sainte-Beuve qui le présente à cette femme hors du commun au cours d’un dîner littéraire organisé par la Revue des Deux Mondes. George Sand a six ans de plus que lui et mène une vie libre...

Les deux auteurs deviennent amis, George Sand le recevant dans la mansarde bleue. Leurs discussions se nourrissent du premier roman de la jeune femme, Lélia, qui enthousiasme le poète.

C'est à la suite de leur rapprochement intellectuel, que Musset se lance dans cette très belle déclaration écrite.

Déclaration 

L'aveu tout simple fait par Musset donne lieu à l'émergence d'une passion tumultueuse qui les mènera à quitter Paris pour faire taire le scandale de leur relation pour Venise.

« Mon cher George,

J'ai quelque chose de bête et de ridicule à vous dire. Je vous l'écris sottement, au lieu de vous l'avoir dit au retour de cette promenade, j'en serai désolé ce soir. Vous allez me rire au nez, me prendre pour un faiseur de phrases dans tous mes rapports avec vous jusqu'ici. Vous me mettrez à la porte et vous croirez que je mens : je suis amoureux de vous, je le suis depuis le premier jour où j'ai été chez vous. J'ai cru que je m'en guérirais, en vous voyant tout simplement à titre d'ami. Il y a beaucoup de choses dans votre caractère qui pouvaient m'en guérir. J'ai tâché de me le persuader tant que j'ai pu ; mais je paye trop cher les moments que je passe avec vous. J'aime mieux vous le dire, et j'ai bien fait, parce que je souffrirai bien moins pour m'en guérir à présent, si vous me fermez votre porte.

Cette nuit j'avais résolu de vous faire dire que j'étais à la campagne ; mais je ne veux pas vous faire de mystères ni avoir l'air de me brouiller sans sujet.

Maintenant George, vous allez dire : « Encore un qui va m'ennuyer », comme vous dîtes. Si je ne suis pas tout à fait le premier venu pour vous, dîtes-moi, comme vous me l'auriez dit hier en me parlant d'un autre, ce qu'il faut que je fasse ; mais, je vous en prie, si vous voulez me dire que vous doutez de ce que je vous écris, ne me répondez plutôt pas du tout. Je sais comme vous pensez de moi, et j'espère rien en vous disant cela. Je ne puis qu'y perdre une amie et les seules heures agréables que j'aie passées depuis un mois. Mais je sais que vous êtes bonne, que vous avez aimé, et je me confie à vous non pas comme à une maîtresse, mais comme un camarade franc et loyal. George, je suis fou de me priver du plaisir de vous voir pendant le peu de temps que vous avez encore à passer à Paris avant votre voyage à la campagne et votre départ pour l'Italie, où nous aurions passé de belles nuits, si j'avais de la force. Mais la vérité est que je souffre et que la force me manque.

Alfred de Musset »

Lettre du 29 juillet 1833, extrait d'Une histoire d'amour, George Sand et Alfred de Musset, de Paul Marieton, (1897) source http://www.scribd.com/doc/2392374/Une-histoire-dAmour-by-Marieton-Paul

 

repère à suivre:  le temps des reproches (George Sand et Musset)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

snoring solutions 07/04/2014 13:29

This love letter to goerge is ine if the best that I have ever read. I do understand the intense emotions that swells up in the letter. It was a good thing that you made it public so young people like myself can have a good idea as to how to write such a letter.

edith de Bretagne 16/10/2009 10:21


eh bien qu'importe la façon dont la lettre d'amour est tournée! Naïve , maladroite ou subtile d'intelligence, l'important c'est qu'elle rencontre un coeur, une âme qui sait en saisir le
sens...moi,  je m'effondre de plaisir pour tout mot d'amour que je reçois! alors , vous pensez , de Musset , je succombe!!!


LITTERATUS 16/10/2009 13:17


Vous avez grandement raison ! Avez-vous pour autant un cœur d'artichaut ? je ne pense pas... on apprécie les lettres d'amour que l'on suscite ! merci pour votre commentaire attentif et chaleureux !
à bientôt !


Quichottine 15/10/2009 11:54


Liza a bien fait de nous envoyer chez toi ce matin.
Il y avait un moment que je n'étais pas venue et je le regrette.

Ces pages sont magnifiques ! Merci.


LITTERATUS 16/10/2009 13:13


Merci Quichottine, je suis ton travail régulièrement qui est très intéressant aussi ! à bientôt !


lizagrèce 15/10/2009 07:28


On parle de toi aujourd'hui sur mon blog...


LITTERATUS 16/10/2009 13:03


J'en suis touchée ! cette générosité me va droit au coeur ! un grand merci !


Cath 09/10/2009 15:40


Finalement, la lettre est assez décevante pour le monument que représente Musset : il est maladroit ... c'est intéressant à lire... les grands hommes ne sont pas géniaux tous les jours... ouf !


LITTERATUS 10/10/2009 11:46


Autre son de cloche ! c'est vrai que je m'attendais à quelque chose de différent venant de Musset : ce qui est intéressant dans ce texte, c'est précisément la gaucherie et le ton de la camaraderie
employé... 'ce cher George" révélateur d'ambiguïté...
Dans quelque temps, une lettre de George Sand sera publiée et là... Merveille !!! à suivre...