Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

Le récit d'une passion : la "chaîne d'or" (T.Gautier) (I)

Découvrons le début de la nouvelle de Théophile Gautier, la chaîne d'or (1837) qui narre les amours d'un trio mettant en scène deux femmes qui se disputent les faveurs d'un jeune homme sous l'antiquité grecque. Qui est donc Plangon, celle que tous les Athéniens adulent ? Une prostituée...  

chaine d'or, Théophile Gautier, nouvelle, passion, antiquité,

Repère : thème de la passion : la chaîne d'or (Gautier)

Dans l'article précédent, nous avons présenté les trois protagonistes de la nouvelle de Théophile Gautier, la chaîne d'or (1837). 

Passion grecque

Cette oeuvre  vous entraîne dans la Grèce antique au cœur d'une brûlante histoire d'amour mettant en scène deux femmes, un jeune garçon et une lourde chaîne en or pur...

Débutons aujourd'hui notre lecture.

Dans cette première partie, découvrons le personnage de Plangon, une femme adulée par tous les Athéniens qui exerce non une fonction de prêtresse, mais la profession de courtisane publique que l'on retrouve sous le nom choisi de hétaïre.

Hétaïre

 

"Plangon la Milésienne fut en son temps une des femmes les plus à la mode d’Athènes. Il n’était bruit que d’elle dans la ville ; pontifes, archontes, généraux, satrapes, petits-maîtres, jeunes patriciens, fils de famille, tout le monde en raffolait. Sa beauté, semblableà celle d’Hélène aimée de Pâris, excitait l’admiration et les désirs des vieillards moroses et regretteurs du temps passé. En effet, rien n’était plus beau que Plangon, et je ne sais pourquoi Vénus, qui fut jalouse de Psyché, ne l’a pas été de notre Milésienne. Peut-être les nombreuses couronnes de roses et de tilleul, les sacrifices de colombes et de moineaux, les libations de vin de Crète offerts par Plangon à la coquette déesse, ont-ils détourné son courroux et suspendu sa vengeance ; toujours est-il que personne n’eut de plus heureuses amours que Plangon la Milésienne, surnommée Pasiphile.

Le ciseau de Cléomène ou le pinceau d’Apelles, fils d’Euphranor, pourraient seuls donner une idée de l’exquise perfection des formes de Plangon. Qui dira la belle ligne ovale de son visage, son front bas et poli comme l’ivoire, son nez droit, sa bouche ronde et petite, son menton bombé, ses joues aux pommettes aplaties, ses yeux aux coins allongés qui brillaient comme deux astres jumeaux entre deux étroites paupières, sous un sourcil délicatement effilé à ses pointes ? À quoi comparer les ondes crespelées de ses cheveux, si ce n’est à l’or, roi des métaux, et au soleil, à l’heure où le poitrail de ses coursiers plonge déjà dans l’humide litière de l’Océan ? Quelle mortelle eut jamais des pieds aussi parfaits ? Thétis elle-même, à qui le vieux Mélésigène a donné l’épithète des pieds d’argent, ne pourrait soutenir la comparaison pour la petitesse et la blancheur. Ses bras étaient ronds et purs comme ceux d’Hébé, la déesse aux bras de neige ; la coupe dans laquelle Hébé sert l’ambroisie aux dieux avait servi de moule pour sa gorge, et les mains si vantées de l’Aurore ressemblaient, à côté des siennes, aux mains de quelque esclave employée à des travaux pénibles.

Après cette description, vous ne serez pas surpris que le seuil de Plangon fût plus adoré qu’un autel de la grande déesse ; toutes les nuits des amants plaintifs venaient huiler les jambages de la porte et les degrés de marbre avec les essences et les parfums les plus précieux ; ce n’étaient que guirlandes et couronnes tressées de bandelettes, rouleaux de papyrus et tablettes de cire avec des distiques, des élégies et des épigrammes. Il fallait tous les matins déblayer la porte pour l’ouvrir, comme l’on fait aux régions de la Scythie, quand la neige tombée la nuit a obstrué le seuil des maisons.

Plangon, dans toute cette foule, prenait les plus riches et les plus beaux, les plus beaux de préférence. Un archonte durait huit jours, un grand pontife quinze jours ; il fallait être roi, satrape ou tyran pour aller jusqu’au bout du mois. Leur fortune bue, elle les faisait jeter dehors par les épaules, aussi dénudés et mal en point que des philosophes cyniques ; car Plangon, nous avons oublié de le dire, n’était ni une noble et chaste matrone, ni une jeune vierge dansant la bibase aux fêtes de Diane, mais tout simplement une esclave affranchie exerçant le métier d’hétaïre*."

* prostituée

La chaîne d'Or, Théophile Gautier source :

http://beq.ebooksgratuits.com/vents/gautier-nouvelles-1.pdf

repère à suivre :  La suite 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Val 31/07/2009 16:58

UNE PLONGEE DANS LE MONDE ANTIQUE SANS DIFFICULTES...

LITTERATUS 03/08/2009 20:26


pas besoin d'être bon en apnée : tout est si simple avec Théophile Gautier...