Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gazette littéraire

Analyse-Livres & Auteurs-Culture

La "bonne"communauté française (Eberhardt)

  La

 

Epoque coloniale

(Repères : carnet de voyage : Algérie)


Dans le précédent article, il a été mis en ligne un court extrait de la nouvelle d'Isabelle Eberhardt intitulée le major écrite en 1903 qui met en scène un jeune médecin militaire aux prises avec la beauté stupéfiante de l'Algérie.


Dans l'extrait d'aujourd'hui, l'auteur met en lumière le point de vue de la bonne communauté française installée en Algérie, indifférente -quant à elle- aux charmes du pays et à ses habitants : une page de l'époque coloniale.


***


« Cependant, depuis qu'il avait été désigné, il n'avait voulu rien lire, sans savoir de ce pays où il devait transporter sa vie silencieuse et calme, et son rêve triste et restreint, sans tentatives d'expression, jamais.

Il verrait, indépendant, seul, sans subir aucune influence.

Dès son arrivée, il avait dû écouter les avertissements de ses nouveaux camarades qui le fêtaient et qu'il devinait ironiques, protecteurs, dédaigneux de sa jeunesse inexpérimentée, soucieux surtout de leurs effets et de l'épater... Indifférent, il écouta leurs plaintes et leurs critiques : pas de société, rien à faire, un morne ennui. Un pays sans charme, les Algériens brutaux et uniquement préoccupés du gain, les indigènes répugnants, faux, sauvages, au-dessous de toute critique, ridicules... »

Le major, Isabelle Eberhardt

http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Major

 

Repères à suivre : carnet : lorsqu'une idylle se noue (Eberhardt -3ème)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article